Roberto Martinez revient sur les raisons qui l’ont poussé à prolonger son contrat: «Mon travail en Belgique n’était pas terminé»

@News
@News

Dans une longue interview accordée à nos confrères de « De Zondag », Roberto Martinez est revenu en détail sur les raisons qui l’ont poussé à prolonger son contrat jusqu’en 2022 avec les Diables rouges.

L’importance d’un projet ambitieux qui était loin d’être terminé l’a poussé à ne pas abandonner son poste. « Quand je suis arrivé en Belgique en 2016, je me disais : « réussissons de bons résultats dans un grand tournoi et puis on pourra continuer d’avancer. Mais le projet a grandi. Il manquait une touche finale, c’est ce qui m’a décidé à poursuivre l’aventure », a-t-il expliqué.

La troisième place au Mondial en Russie, si belle soit-elle, n’a donc pas laissé qu’aux joueurs un goût de trop peu, elle a aussi laissé un sélectionneur qui pensait sincèrement réaliser un exploit inimaginable. Sa motivation pour enfin décrocher le Graal dans un an à Londres est donc aujourd’hui très grande. « C’est l’ambition de tout le groupe. Nous voulons écrire l’histoire et nous avons les qualités pour y parvenir. Mais le plus important est de savoir comment et jusqu’à quel niveau nous pouvons progresser pour y arriver. »

Et à l’entendre, en étant à la tête d’un groupe à la fois doué et doté de qualités humaines tout aussi grandes, tout est réuni pour y parvenir l’an prochain. « C’est aussi l’une des raisons qui m’a poussé à continuer », a-t-il poursuivi. « C’est un pur plaisir de voir comment les plus âgés ont accompagné des jeunes comme Tielemans, Verschaeren, etc. L’aspect tactique est aussi important mais dans certains matches, certains moments particuliers. »

Bref, Roberto Martinez ne voulait donc pas gâcher tout cela pour prendre les commandes d’un grand club européen, sans savoir s’il allait pouvoir retrouver un groupe aussi soudé que celui des Diables rouges. « Il y a eu des possibilités, évidemment. Mais à chaque fois, je revenais sur la même problématique : mon travail ici, en Belgique, n’était pas terminé ! Le report de l’Euro a encore plus renforcé ce constat. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous