Accueil Société

L’industrie belge déplore un «manque de respect» dans la saga de la livraison des masques

« De nombreuses entreprises belges du secteur du textile, de l’habillement et des matières plastiques se sentent ridiculisées », expliquent les fédérations.

Temps de lecture: 2 min

La décision du gouvernement fédéral d’attribuer la commande de 15 millions de masques buccaux à la société luxembourgeoise Avrox laisse « un arrière-goût amer » à l’industrie belge, écrivent lundi la fédération du secteur de la chimie et des sciences du vivant essenscia ainsi que la fédération belge du textile, du bois et de l’ameublement Fedustria. Elles demandent un entretien avec le ministre de la Défense Philippe Goffin.

Une première livraison de 1,5 million de masques fournis par la société luxembourgeoise Avrox, l’une des deux sociétés retenues début mai par la Défense, était attendue dimanche à Bruxelles. Le ministre de la Défense n’était pas disponible ce lundi pour confirmer leur arrivée.

Essenscia et Fedustria estiment cependant que la livraison connaît du retard et qu’il s’agit d’un « manque de respect » pour l’expertise industrielle belge car le délai strict représentait un argument décisif dans l’évaluation des offres. « De nombreuses entreprises belges du secteur du textile, de l’habillement et des matières plastiques se sentent ridiculisées », soulignent les fédérations.

Elles qualifient par ailleurs Avrox de « société boîte aux lettres luxembourgeoise sans expertise avérée dans la fabrication ou la distribution de vêtements de protection médicale », alors que des entreprises belges du secteur avaient également soumis des offres.

« Plusieurs propositions pour des masques 100 % ’made in Belgium’ étaient sur la table, grâce auxquelles le gouvernement aurait pu soutenir l’emploi local en ces temps économiques difficiles », ajoute Yves Verschueren, administrateur délégué d’essenscia. « Il s’agit d’un mépris pour les connaissances et l’expertise spécialisées de l’industrie belge, à un moment où l’ancrage local des chaînes de production industrielle essentielles est à l’ordre du jour politique. »

Le directeur général de Fedustria, Fa Quix, regrette également que le gouvernement ait opté pour les importations alors qu’une capacité de production existe à nouveau en Belgique. « Près de 40 millions d’euros de l’argent des contribuables affluent ainsi à l’étranger, tandis que les fabricants belges sont laissés pour compte et que les citoyens attendent toujours leur masque buccal », poursuit-il.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Andre Georges-marc, mardi 26 mai 2020, 10:41

    C'est effectivement fort dommage, mais pourquoi n'ont-ils pas soumissionné? Une société belge l'a fait et elle a obtenu une part du contrat. Pourquoi ces sociétés belges qui sont, comme le prouve l'article, regroupées en associations, ne se sont-elles pas concertées et n'ont-elles pas fait une offre conjointe? C'est avant et pas après qu'il faut se réveiller.

  • Posté par Lambert Charles, mardi 26 mai 2020, 11:37

    Si vous relisez l'article du 14 courant, "L'improbable trio etc ... " vous noterez qu'il y a eu une semaine entre le lancement de l'appel d'offres et le passage de la commande. Compte tenu du confinement, toutes les sociétés contactées n'ont peut-être pas, faute de personnel, pu soumettre leur offre en temps voulu. Tout a été fait dans la précipitation et à ce jour, on ne sait pas si ces fichus masques qui devaient arriver hier sont bien arrivés. C'est le silence absolu sur le déroulement de l'opération. A qui AVROX a-t-il déjà livré 250.000 pièces??? Où sont les échantillons qui devaient arriver le 12 mai??? Quels ont réellement été les contrôles chez les fabricants au fin fond du Qinghai, du Shanxi, du Jilin, etc ??? On aurait pu attribuer en cette période critique, la fabrication de lots de 250.000 pièces à des sociétés belges, même si certaines n'étaient pas tout à fait dans la norme. Il est plus aisé de contrôler ce qui se passe à Kortrijk ou Oudenaarde qu'à Canton!!!

  • Posté par LAMBERT André, mardi 26 mai 2020, 11:09

    Avec votre mauvaise foi évidente, vous êtes encore toujours a essayer de justifier l'injustifiable !!! Ce marché avec une société "boîte aux lettres" est une aberration et un scandale dont la Belgique aurait pu se passer. Bien sûr il y a la réglementation européenne sur les marchés publics, mais celles-ci devaient absolument être examinées plus en profondeur, et notamment quant aux personnalités qui sont à la manoeuvre dans ce type de société "écran".

  • Posté par Trevisan Lucio, mardi 26 mai 2020, 10:12

    Purée ! le ministre au sourire narquois se tait pour ne pas dire que les masques ne sont toujours pas arrivés, c'est ce que je lis entre les lignes. Quel foutoir. Cette société boîte-aux-lettres au Lux. ne va plus les livrer si les amendes de retard sont trop importantes et rongent leurs bénéfices. S'il échet, Elle les a déjà vendus ailleurs. Et les industriels belges qui râlent à raison !

  • Posté par Raspe Eric, mardi 26 mai 2020, 9:11

    Ont-ils finalement été livrés ces masques? Parce qu'in fine s'ils sont livrés avec une ou deux semaines de retard, même au prix d'amendes, on ne verra pas la différence avec les délais, fermes ceux-là, proposés par les producteurs belges qui jouaient leur crédibilité.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko