Accueil Société

Selon les syndicats médicaux, « le Belge ne pourra pas savoir s'il est atteint par le coronavirus»

L’ABSyM souligne en effet que dans un Arrêté royal, le gouvernement interdit la réalisation du test si le patient est hors critères de dépistage définis par Sciensano.

Temps de lecture: 2 min

L’Association belge des Syndicats médicaux (ABSyM) a demandé mardi au gouvernement d’autoriser la mise à disposition des tests sérologiques pour l’ensemble de la population. « Lorsque les stocks ne sont pas mis en danger, le Belge a le droit de savoir s’il est atteint ou non par le coronavirus », estime l’ABSyM.

L’ABSyM souligne en effet que dans un Arrêté royal, le gouvernement interdit la réalisation du test si le patient est hors critères de dépistage définis par Sciensano. « Cela signifie en clair qu’un employeur qui voudrait dépister son personnel (en l’occurrence ici la STIB) ou qu’un citoyen qui voudrait connaître son statut pour quelque raison que ce soit ne serait pas autorisé à le faire », regrette l’association.

Les seules possibilités pour le citoyen d’effectuer ce test, sont soit de mentir à son médecin pour rentrer dans les critères, soit de faire le dépistage dans les pays voisins comme l’Allemagne ou le Luxembourg, pointe l’ABSyM.

Pas de risque de pénurie

L’association explique que le motif avancé pour cette interdiction est le risque de pénurie. « Si ce risque est bien réel pour le testing PCR, il n’existe aucun risque de pénurie concernant les sérologies », selon l’organisation. « La décision d’interdire au public les tests sérologiques est donc non pas liée à une pénurie mais semble être un acte exclusivement politique de la part de la ministre De Block. »

L’ABSyM demande donc que des tests sérologiques soient possibles pour l’ensemble de la population. « Soit ils sont remboursés pour les patients qui correspondent aux critères de remboursement, soit ils sont à charge du patient s’ils sont hors critères », conclut l’association.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

28 Commentaires

  • Posté par Propronet Juste, mardi 26 mai 2020, 13:07

    Quand les Belges vont ils se révolter et virer tous ces clowns?

  • Posté par Monsieur Alain, mardi 26 mai 2020, 12:30

    Depuis le début mars Sciensano fait la pluie et le beau temps dans notre beau pays. La démonstration a été faite à plusieurs reprises que leur modèle mental promeut l'idée que les patients comme leurs médecins et leurs labos sont des benêts qu'il convient de mettre bien dans le rang. J'espère vraiment que ces comportements liberticides prendront fin bientôt, covid-19 ou pas.

  • Posté par G Jean Luc, mardi 26 mai 2020, 12:02

    S'ils maintiennent leur règle, ça va ouvrir une porte au marché noir!

  • Posté par Rous Christian, mardi 26 mai 2020, 11:59

    Voir: https://covid-19.sciensano.be/sites/default/files/Covid19/COVID-19_Case%20definition_Testing_FR.pdf

  • Posté par Rous Christian, mardi 26 mai 2020, 11:46

    Quels sont les critères qu'il faut évoquer à son médecin pour pouvoir bénéficier d'un test sérologique?

Plus de commentaires

Aussi en Société

Un nouveau code pénal présenté avant cet été, mais sans le féminicide

Le ministre de la Justice annonce vouloir passer la réforme du code pénal en première lecture avant l’été. Si celui-ci, vieux de plus de 150 ans, doit être dépoussiéré et mieux organisé, ses auteurs estiment qu’il faut être prudents avec la notion de féminicide, que certains souhaitent y intégrer.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko