Malgré une météo capricieuse, le décollage du premier vol habité SpaceX est actuellement maintenu (direct vidéo)

Malgré une météo capricieuse, le décollage du premier vol habité SpaceX est actuellement maintenu (direct vidéo)

Une nouvelle ère spatiale doit s’ouvrir mercredi avec le lancement par la société SpaceX de deux astronautes de la Nasa dans l’espace, une capacité longtemps monopole d’une poignée d’États, et dont les États-Unis eux-mêmes étaient privés depuis neuf ans.

Le lancement du premier vol habité de SpaceX reste prévu ce mercredi à un peu plus de quatre heures du décollage, mais l’incertitude demeurait sur les conditions météorologiques, a annoncé la Nasa en milieu de journée.

« Nous sommes go pour le lancement », a tweeté le patron de la Nasa, Jim Bridenstine, en ajoutant que la surveillance des conditions météo continuait. Les astronautes Bob Behnken et Doug Hurley vont prochainement rejoindre la tour de lancement, et l’écoutille de leur capsule se fermera environ deux heures avant le décollage prévu. Le décollage peut encore être annulé, en ce cas la prochaine fenêtre de lancement est samedi.

Une tempête dans l’Atlantique

Le Centre national des ouragans a annoncé la formation d’une tempête tropicale au large de la Caroline du Sud, plus au nord, ce qui pourrait représenter un risque pour les astronautes en cas d’amerrissage d’urgence dans l’Atlantique après le décollage.

Les responsables de l’agence spatiale et de SpaceX se réuniront mercredi matin pour décider d’un report ou non à samedi, la prochaine fenêtre de lancement possible. « La réunion sur la météo atlantique (mercredi) matin déterminera si nous pouvons lancer », a tweeté Elon Musk, le patron de SpaceX, qui attend ce moment depuis la fondation de la start-up spatiale en 2002.

Pour l’instant, le décollage reste prévu à 16H33 (20H33 GMT) sur le pas de lancement numéro 39A d’où décollèrent Neil Armstrong et ses coéquipiers d’Apollo. Une fusée Falcon 9 de SpaceX, avec à son sommet la nouvelle capsule Crew Dragon, décollera en direction de la Station spatiale internationale (ISS).

Trump présent

Donald Trump assistera au centre Kennedy à la consécration potentielle. Le républicain tente de réaffirmer la domination américaine de l’espace, militairement mais aussi en ayant ordonné un retour sur la Lune en 2024.

Si elle remplit sa mission et est certifiée sûre, les Américains ne dépendront plus des Russes pour accéder à l’espace : depuis 2011, les Soyouz étaient les seuls taxis spatiaux disponibles. Les acheminements depuis la Floride redeviendront réguliers, avec quatre astronautes à bord.

Et SpaceX sera libre d’organiser des voyages spatiaux pour touristes avec la capsule, moyennant un billet qui coûtera sans doute quelques dizaines de millions de dollars la place.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous