Plan de relance européen: Charles Michel espère un accord avant l’été, Angela Merkel s’attend à des négociations «difficiles»

Photo d’illustration
Photo d’illustration

Les négociations « difficiles » sur le plan de relance de 750 milliards d’euros présenté par l’Union européenne (UE) ne seront « pas conclues » lors du prochain sommet européen en juin, a prévenu mercredi Angela Merkel. « Il est clair que les négociations, qui sont difficiles, ne seront pas conclues lors du prochain Conseil de l’UE », a estimé lors d’une conférence de presse à Berlin la chancelière allemande.

Elle a ajouté que « l’objectif devait être de trouver suffisamment de temps à l’automne pour que les parlements nationaux et le Parlement européen puissent discuter » et que le plan de relance puisse entrer en vigueur au 1er janvier 2021.

Le président du Conseil européen, Charles Michel, avait de son côté exhorté les dirigeants européens à « tout faire » pour obtenir un accord avant les congés d’été, tant les citoyens et les entreprises lourdement frappés par la crise nécessitent « une aide ciblée sans délai ».

Un plan sans équivalent

Le Conseil du 23 avril dernier avait chargé la Commission d’établir une proposition de fonds de relance, qu’elle a présentée ce mercredi en brisant deux tabous : celui d’un emprunt commun à 750 milliards d’euros, à rembourser notamment via d’importantes nouvelles ressources. Ces deux aspects devraient susciter des tensions entre les 27.

Autres réactions politiques

Le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte a salué le plan de relance, en évoquant « un excellent signal de Bruxelles ». « Cela va vraiment dans la direction indiquée par l’Italie. Nous avons été décrits comme des visionnaires parce que nous y avons cru dès le début », a réagi M. Conte sur Twitter. L’Italie, particulièrement touchée par la pandémie, sera le principal bénéficiaire de ce plan de relance, avec 172,754 milliards d’euros, ont indiqué des sources européennes.

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire a lui aussi appelé tous les Etats membres de l’Union européenne, « y compris les quatre frugaux » (Pays-Bas, Danemark, Autriche et Suède) à soutenir le plan de relance « historique ». « L’UE est au rendez-vous de l’Histoire », a-t-il ajouté devant le Sénat.

Les Pays-Bas, de leurs côtés, ont jugé qu’il était prématuré de réagir aux propositions. « Mais notre position de base est connue », a réagi une source diplomatique néerlandaise à Bruxelles, citée par l’agence néerlandaise. Les quatre frugaux n’envisagent théoriquement que des prêts aux Etats dans le besoin, encore que le ministre autrichien des Finances ait ouvert la porte à des subventions mardi.

On notera que dans sa proposition de budget pluriannuel, la Commission propose de maintenir les rabais dont bénéficient ces quatre pays ainsi que l’Allemagne. Si un accord se dégage au Conseil, il devra ensuite être négocié avec le Parlement européen.

 
 
À la Une du Soir.be
  • Ce lundi, le Roi a refusé la démission des deux préformateurs, Egbert Lachaert (VLD) et Conner Rousseau (SP.A). Quarante-huit heures pour sauver la Vivaldi...
    Politique

    Négociations fédérales: les deux scénarios en cas d’échec de la Vivaldi

  • 7-5, 6-3
: Djokovic a dû s’employer pour écarter le surprenant Schwartzman, en finale à Rome. @EPA
    ATP - WTA

    Déjà la revanche pour Djokovic

  • Il se dit depuis toujours que l’ego de Georges-Louis Bouchez, sa soif inextinguible de médiatisation aussi, pourraient le perdre.
    Politique

    Georges-Louis Bouchez, comme un joueur de poker accro

À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous