Formule 1: nouvelle baisse du plafond des dépenses et système de handicap

PHOTO NEWS
PHOTO NEWS

Le Conseil mondial du sport automobile, l’instance dirigeante de la F1, a entériné ces décisions lors d’une visioconférence mercredi. Elles répondent notamment aux conséquences de la pandémie de coronavirus qui bouleverse le calendrier du championnat du monde cette année.

Cette nouvelle réduction du niveau de plafonnement des coûts va les porter à 145 millions de dollars (132 millions d’euros) pour 2021, 140 millions de dollars pour 2022 puis 135 millions de dollars pour 2023-2025, sur la base d’une saison de 21 compétitions, a indiqué la Fédération internationale de l’automobile (FIA) dans un communiqué.

Initialement, ce plafond devait s’établir à 175 millions de dollars en 2021 mais la baisse des revenus pour les écuries liée à l’absence de tout Grand Prix depuis le début de l’année a mené les écuries et les instances dirigeantes du sport à accepter ce nouvel abaissement.

Il va également donner satisfaction aux petites écuries et à celles du milieu de plateau qui n’arrivent pas à combler l’écart les séparant de Mercedes - qui a remporté les six dernières éditions du championnat du monde - mais aussi de Ferrari et de Red Bull.

Pour la première fois, la F1 va voir l’introduction d’un système de handicap pour les écuries les plus fortes. Il sera introduit par le biais des essais aérodynamiques (ATR). Non seulement ceux-ci seront réduits dès cette année mais, à partir de 2021, ils le seront encore davantage pour les équipes les mieux placées alors que les moins bien positionnées au championnat du monde auront plus de latitude pour en effectuer.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous