Accueil Monde Amériques

«Affaire Huawei»: le Canada et la Chine à couteaux tirés

La Cour suprême de Colombie-Britannique a rejeté la demande de libération de la directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou. Les relations entre Pékin et Ottawa devraient se dégrader considérablement.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Le Canada a un système judiciaire tout à fait indépendant de l’ingérence des politiciens, ce n’est pas tout à fait le même cas en Chine », a déclaré le Premier ministre canadien Justin Trudeau, peu avant la décision très attendue de la Cour suprême de Colombie-Britannique sur l’« affaire Huawei ». De fait, la juge de la Cour suprême, Heather Holmes, a confirmé la validité de la procédure d’extradition de Meng Wanzhou vers les Etats-Unis.

En mentant à la banque HSBC sur les liens entre Huawei et sa filiale Skycom, fournisseur d’équipements de télécommunications à l’Iran, Meng Wanzhou est soupçonnée par Washington d’avoir enfreint les sanctions américaines contre Téhéran. La directrice financière de Huawei est en résidence surveillée à Vancouver depuis décembre 2018, à la demande des Etats-Unis.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Van Cappellen Eric, vendredi 29 mai 2020, 8:25

    Avant d'acheter quoi que ce soit, vérifions bien pourque ce ne soit pas "Made in China" !!!

Aussi en Amériques

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs