Les Etats-Unis sous tension après la mort d’un homme noir aux mains de la police

Les Etats-Unis sous tension après la mort d’un homme noir aux mains de la police
AFP

Des rues enflammées de Minneapolis jusqu’à la Maison Blanche, en passant par l’ONU, les appels se sont faits plus pressants jeudi pour réclamer justice après la mort d’un homme noir aux mains de la police.

De nouvelles manifestations sont prévues en fin d’après-midi dans cette ville du Minnesota (nord), après deux nuits consécutives de heurts entre la police et des habitants indignés de la mort de George Floyd.

Cet Afro-Américain de 46 ans est décédé lundi soir juste après avoir été arrêté par la police, qui le soupçonnait d’avoir voulu écouler un faux billet de 20 dollars.

Lors de l’intervention, il a été plaqué au sol par un agent qui a maintenu son genou sur son cou pendant de longues minutes. « Je ne peux plus respirer », l’entend-on dire sur un enregistrement de la scène, devenu viral.

Le président Donald Trump « a été indigné quand il a vu la vidéo » de ce drame « odieux, tragique », a fait savoir sa porte-parole Kayleigh McEnany lors d’un point-presse jeudi. « Il a immédiatement pris son téléphone » pour s’assurer que l’enquête du FBI avançait vite, a-t-elle poursuivi : « il veut que justice soit rendue ».

Les quatre agents impliqués ont été licenciés et les autorités locales et fédérales enquêtent sur le drame. Mais aucune inculpation n’a encore eu lieu, ce qui alimente la colère et les frustrations.

« Ces policiers, il faut les arrêter immédiatement » a déclaré jeudi matin Philonise Floyd sur CNN en réclamant, entre deux sanglots, la peine capitale pour les responsables de la mort de son frère.

« Tout le monde souffre, c’est pour ça que tout ça arrive. J’en ai assez de voir les hommes noirs mourir », a-t-il ajouté. « Je voudrais que les (manifestants) soient pacifiques mais je ne peux pas les forcer, c’est dur. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous