Trump signe un décret visant à limiter la protection dont bénéficient les réseaux sociaux

Trump signe un décret visant à limiter la protection dont bénéficient les réseaux sociaux
Reuters

Le président américain Donald Trump a signé jeudi un décret visant à limiter la protection des réseaux sociaux et la latitude dont ils bénéficient dans la modération de leurs contenus.

« Nous sommes ici pour défendre la liberté d’expression face à un des pires dangers qui soit », a déclaré M. Trump depuis le Bureau ovale en signant ce document qui devrait être le point de départ d’une longue bataille en justice.

Le locataire de la Maison Blanche a en particulier accusé Twitter de prendre « des décisions éditoriales » et de faire preuve « d’activisme politique » dans le choix des messages qu’il décide de soumettre à vérification.

« Ils ont le pouvoir non contrôlé de censurer, éditer, dissimuler ou modifier toute forme de communication entre des individus et de larges audiences publiques », a-t-il estimé en évoquant les géants de la Silicon Valley.

« Nous ne pouvons laisser cela se poursuivre, c’est très très injuste », a-t-il martelé.

Selon M. Trump, ce décret réclame une nouvelle réglementation pour que les réseaux sociaux qui s’adonnent à la « censure » ne puissent « conserver leur protection juridique ».

Le texte vise la célèbre section 230 du « Communications Decency Act ».

Cette dernière offre à Facebook, Twitter, YouTube ou Google une immunité contre toute poursuite judiciaire liée aux contenus publiés par des tiers et leur donne la liberté d’intervenir sur les plateformes à leur guise.

 
 
À la Une du Soir.be
  • Ce lundi, le Roi a refusé la démission des deux préformateurs, Egbert Lachaert (VLD) et Conner Rousseau (SP.A). Quarante-huit heures pour sauver la Vivaldi...
    Politique

    Négociations fédérales: les deux scénarios en cas d’échec de la Vivaldi

  • 7-5, 6-3
: Djokovic a dû s’employer pour écarter le surprenant Schwartzman, en finale à Rome. @EPA
    ATP - WTA

    Déjà la revanche pour Djokovic

  • Il se dit depuis toujours que l’ego de Georges-Louis Bouchez, sa soif inextinguible de médiatisation aussi, pourraient le perdre.
    Politique

    Georges-Louis Bouchez, comme un joueur de poker accro

À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous