Formule 1: Williams, une écurie de légende à vendre

Photonews
Photonews

Williams, c’est d’abord un nom. Le dernier team éponyme dont les propriétaires sont toujours les membres fondateurs. Lancée dans le championnat du monde de F1 en 1975 par Franck Williams, pilote amateur et mécanicien de talent, l’écurie végète pendant quelques saisons avant fréquenter les premières lignes des grilles de départ. L‘homme, connu pour son caractère irascible, parvient à s’entourer d’ingénieurs talentueux. À l’époque, la F1 est encore une affaire d’artisans passionnés qui sentent bon le cambouis mais ce monde très anglo-anglais ne va pas tarder à évoluer sous l’impulsion de Bernie Ecclestone. De garagiste, Franck Williams se mue en habile tacticien. Ainsi, il parvient à attirer la technologie Honda puis celle de Renault. Entre 1980 et 1997, le team anglais remporte neuf titres constructeurs et sept pilotes grâce à Alan Jones (1980), Keke Rosberg (1982), Nelson Piquet (1987), Nigel Mansell (1992), Alain Prost (1993), Damon Hill (1996) et Jacques Villeneuves (1997). C’est aussi au volant d’une Williams qu’Ayrton Senna trouve la mort à Imola le 1er mai 1994.

À l’aube du 3e millénaire, l’équipe connaît encore la réussite, notamment avec Montoya et le moteur BMW puis avec Nico Rosberg et Bottas propulsés par Mercedes. Ces belles performances cachent mal les soucis financiers d’un team qui n’intéresse plus les sponsors et glisse vers le fond de grille. Dans un monde où Tyrrell et Lotus appartiennent au passé depuis longtemps, où McLaren commence à étaler ses soucis financiers malgré le renfort des pétrodollars du Bahrein, Williams apparaît comme le dernier des Mohicans au bord de l’asphyxie. Claire, la fille de Franck, lance un appel aux investisseurs. Mais qui voudrait racheter une écurie moribonde alors que la F1 n’est pas sûre de survivre ?

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous