Accueil Quartier confiné

Christine, retraitée

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

« Il est temps que ça se termine, c’est stressant. Je ne vois quasiment plus personne, à part ma voisine de 98 ans, Denise, pour qui je vais parfois faire les courses. Bien que j’habite ici depuis 30 ans, les relations avec les voisins sont quasi inexistantes, c’est même tendu avec la voisine du dessus, celle qui a des enfants. Elle m’agresse, elle sort ses cartons pour la collecte mais ne les attache pas alors ils volent partout. Avec les habitants du haut de la rue, ce n’est pas non plus toujours facile : il y a eux et il y a nous, on ne se côtoie pas. Avant, j’allais parfois en ville, je prenais un verre en terrasse mais maintenant, ce n’est plus possible. Ma seule sortie, c’est aller faire les courses avec un ami. On prend chacun un caddy, on met notre masque, puis on remonte dans la voiture et il me dépose au pied de l’immeuble. Je rentre chez moi, je ferme la porte et puis voilà… J’ai une petite terrasse, je peux quand même m’y asseoir, fumer une cigarette et boire un verre.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

En quarantaine: sans jardin, sans kayak et sans résidence secondaire

Le confinement ne se vit pas de la même façon et avec les mêmes contraintes dans une barre d’immeubles que dans une villa quatre façades. Il est des quarantaines qui semblent plus longues que d’autres. Les habitants de la cité des Genêts, sur les hauteurs de Liège, racontent au « Soir » leur quotidien, leurs frustrations et leurs impatiences.

La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs