Accueil Sports Tennis Grands Chelems

Justine Henin fête ses 38 ans ce lundi: «Elle ne pouvait naître qu’à Roland-Garros, c’était écrit!»

Pour le sport belge, le bug ou plutôt le buzz de l’an 2000, c’est en tennis que ça se passe, alors que les Diables rouges de l’époque se sont totalement plantés lors de « leur » Euro 2000, en Belgique et aux Pays-Bas. Filip Dewulf avait allumé la première mèche de la folie belge à Roland-Garros en 1997 (demi-finale). Mais rien de comparable, encore, avec cette première finale 100 % belge de 2003, oui vous lisez bien, entre Kim Clijsters et Justine Henin !

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 9 min

Un feu d’artifice noir, jaune et rouge, le 7 juin, en plein Paris, avec deux reines du tennis et… le Roi Albert II pour saluer le tout premier trophée en Grand Chelem du tennis belge. Il y en aura 11 au total, en simple. À cette époque l’iPhone, Facebook, Twitter ou Instagram n’existent toujours pas et il faut au minimum cinq minutes pour se connecter à Internet… Mais la Belgique va crever l’écran tennistique à partir de ce gigantesque exploit. Pour nous le raconter, comme jamais via les coulisses, nous avons réuni autour les deux hommes qui ont façonné la Justine des années 2000 : Pierre-Yves Hardenne, son mari à l’époque, ainsi que Carlos Rodriguez, son coach pendant plus de quinze ans !

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Grands Chelems

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs