Accueil Société

Coronavirus: après la guérison, une longue route pour effacer les séquelles

Fatigue, essoufflement, fonte musculaire, troubles neurologiques… même vaincu, le coronavirus continue d’affecter l’organisme. Des séquelles dont l’importance et la durée restent encore incertaines. Chez certains patients guéris, le chemin de la rééducation est encore long.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 14 min

Ils sont près de 16.000 malades à avoir quitté les structures hospitalières du pays depuis que les premiers cas de coronavirus ont été détectés. La plupart d’entre eux ont repris une existence normale auprès de leurs proches après des jours, voire des semaines de séparation. Ce qu’ils ont vécu reste un très mauvais souvenir mais, au moins, la maladie ne fait plus partie de leur quotidien. Pour d’autres, en revanche, le chemin de la guérison totale sera encore long. Toux persistante, essoufflement, fatigue intense : ils ne sont plus malades du virus mais leur organisme est un champ de bataille. Pour aider ces patients à retrouver la forme en traitant les séquelles dont ils souffrent, certains hôpitaux ont développé des unités « post-Covid » où la maladie est traitée selon une approche multidisciplinaire. Mais pas tous.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Marlier Jacques, mardi 2 juin 2020, 12:26

    En début de pandémie, les médecins spécialistes ont décrit les corticoïdes comme très dangereux et trop facilement prescrits par les généralistes. Puis, dans les cas graves, ils les ont prescrits pour tempérer l'extraordinaire poussée inflammatoire observée (la désormais célèbre "tempête cytokinique"). Je me demande aujourd'hui si les corticoïdes ne trouveraient pas également une bonne indication (selon des schémas d'administration encore à préciser) dans la gestion de ces séquelles incroyablement longues et douloureuses du Covid 19.

  • Posté par Hocquet Stéphane , jeudi 2 juin 2022, 8:03

    Seules les personnes ayant été en soins intensifs ont reçu des corticoïdes. Et là, on parle de personnes ayant contracté le covid. Sans avoir eu forcément recours à des corticoïdes.

  • Posté par Marlier Jacques, mardi 16 juin 2020, 19:01

    Et je maintiens mon interrogation en ce 16 juin 2020. Cette utilisation de corticoïdes (peut-être la dexaméthasone, puisque c'est elle qui semble avoir été la plus utilisée dans les cas graves) vaudrait peut-être la peine d'être étudiée dans ces cas sans gravité clinique apparente... mais surtout pas de façon anarchique et passionnée comme l'a été l'hydroxychloroquine.

Aussi en Société

Les boîtes noires s’invitent dans les voitures dès cette semaine

Les données de conduite au moment d’un accident devront être collectées dans une boîte noire. De nombreux dispositifs d’aide à la conduite deviennent également obligatoires. En Belgique, cette législation européenne s’appliquera aux nouveaux modèles à partir du 6 juillet. Et en 2024 pour toutes les voitures neuves.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs