Accueil Monde

Après le crash de la Germanwings, le BEA souhaite pouvoir lever le secret médical des pilotes

Le rapport final sur l’accident volontaire de l’avion de la Germanwings en mars 2015 dans les Alpes françaises a été présenté. Andreas Lubitz s’est bien suicidé et souffrait de problèmes psychiques.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Pas de révélations majeures mais des confirmations et des recommandations qui, si elles n’ont pas de caractère obligatoire, font autorité dans le monde de l’aéronautique. Telle est en résumé la teneur du rapport définitif du BEA, le bureau d’enquêtes et d’analyses pour la sécurité de l’aviation civile, sur le crash volontaire de l’avion de la Germanwings qui a fait 150 morts dans les Alpes françaises le 24 mars de l’an dernier.

Ce jour-là, Andreas Lubitz, copilote âgé de 28 ans du vol GWI18G Barcelone-Düsseldorf de Germanwings, filiale low cost du groupe allemand Lufthansa, avait profité de l’absence provisoire du pilote dans la cabine pour engager la descente de l’Airbus une demi-heure après le décollage. L’appareil s’était écrasé au bout de dix minutes.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs