Accueil Monde Afrique

Soudan: «Il n’y aura pas de justice tant que le pouvoir sera partagé avec les militaires»

Un an après le massacre de 100 révolutionnaires, la justice piétine. La commission d’enquête n’a toujours pas livré ses conclusions. Survivants et proches des victimes mettent en cause son indépendance et accusent les forces de sécurité. La vérité sur ce massacre est l’un des enjeux au cœur de la transition démocratique en cours.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Le 3 juin 2019, il est autour de 4h du matin lorsque des hommes lourdement armés fondent sur le sit-in des révolutionnaires en plein centre de Khartoum, la capitale soudanaise. « Dès que nous avons entendu le son des balles, nous avons pris la fuite, » se souvient Sara Hamdan, une activiste de 25 ans. « Nous nous sommes réfugiés dans les bâtiments alentours, mais ils nous ont suivis à l’intérieur et continuaient à tirer. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Afrique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs