Accueil Société

Feu vert pour les voyages dans l’Union européenne… si l’on veut bien de nous

Dès le 15 juin, la Belgique ouvre ses frontières vers et au départ des pays européens. Reste à vérifier les éventuelles conditions imposées par ces pays aux Belges.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

De l’air ! Si les excursions d’un ou plusieurs jours sont autorisées en Belgique dès lundi prochain, un nouvel horizon s’ouvre à partir du 15 juin pour les Belges et autres résidents en Belgique : les 27 autres pays de l’Union européenne (Royaume-Uni compris, le Brexit est encore dans une phase « transitoire »), auxquels s’ajoutent les quatre pays européens non membres de l’UE mais associés à l’espace de libre-circulation Schengen : Norvège, Suisse, Lichtenstein et Islande.

« Dès le 15 juin, la Belgique rouvrira ses frontières vers et au départ » de ces pays, a annoncé la Première ministre. Autrement dit, les ressortissants de ces Etats seront bienvenus chez nous à partir de cette date et nous pourrons nous rendre vers ces pays sans restriction… à condition que ceux-ci nous ouvrent leurs bras.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Bollinne Philippe, samedi 6 juin 2020, 18:15

    L'impact économique de cette crise sanitaire va être retentissant. La mondialisation à l'arrêt c'est un scénario que personne ne voulait envisager. Nous allons tous globalement nous endetter - tant au niveau de l'UE que de chaque pays - afin que l'impact social ne soit pas trop rude. C'est un pari risqué et de toute manière cela aboutit à une dette commune qu'il faudra payer. A partir de ces constats, je me demande à quoi rime tout ce battage autour du tourisme hors frontière ? Que ceux qui ont les moyens de dépenser de l'argent le dépense sur le territoire c'est leur droit mais le dépenser hors frontière me semble totalement irresponsable., économiquement parlant. Nous ne verrons sans doute pas l'ombre d'un touriste chinois avant des années et c'est très rationnel de leur part. Peut-être est-il temps de repenser nos investissements : le secteur touristique est-il viable une fois sorti de son contexte "de masse" ? De mon point de vue, c'est un secteur qu'il faut réformer d'urgence afin de rediriger ses ressources vers des secteurs essentiels. En attendant le prochain confinement...

  • Posté par Lambert Louis, jeudi 4 juin 2020, 20:42

    C'est quand même étrange: il y a quelques mois, la gauche ne cessait de nous parler de crise économique, de personnes qui vivent dans la misère, de chômeurs au bord du suicide, de gens qui parviennent à peine à survivre avec des petits boulots et maintenant que voit-on ? Tous les Belges ne pensent qu'à leurs vacances à l'étranger ! La crise sanitaire les a rendus riches ?

  • Posté par G Jean Luc, jeudi 4 juin 2020, 12:33

    Pour la France, ils ont dit 'après le 15 juin', ils n'ont pas dit 'à partir du 15 juin'. Le 1 juillet, c'est aussi 'après le 15 juin'. Avec les 2 ministres qui ont voulu imposer leurs idées (et qui continuent encore à gaffer), pas sûr que la France ne veuille pas leur donner une leçon aux grandes g...

  • Posté par zangaglia sergio, jeudi 4 juin 2020, 9:17

    On ne peut pas aller en Hongrie... quel dommage !!!

Aussi en Société

Grand format Agressions sexuelles: une lame de fond partie du cimetière d’Ixelles

En dix jours, deux bars ixellois ont été visés par des dizaines de témoignages de femmes, relatifs à des cas d’agressions sexuelles. Dans le sillage de ces récits, d’autres sont venus mettre en perspective une problématique qui dépasse de loin le quartier étudiant (et plus largement Bruxelles), mettant le monde de la nuit face à ses responsabilités.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs