Le vrai ou faux: la crise du Covid a-t-elle eu la peau de l’extrême droite européenne?

Les néo nazis allemands s’étaient fait entendre lors d’une manifestation anti-masque, fin août à Berlin.
Europe
Décodage
Manifestation en faveur de la liberté de la presse, le 24 juillet à Budapest, après la prise de contrôle du site «
Index
» par un proche du pouvoir.
Manifestation en faveur de la liberté de la presse, le 24 juillet à Budapest.
epaselect BELGIUM EU SUMMIT
17 juillet, un salut du coude entre Angela Merkel et Charles Michel. © EPA
Le Premier ministre luxembourgeois, Xavier Bettel, à son arrivée au sommet européen, vendredi à Bruxelles.
Le message invitant les citoyens à ne pas voter est largement diffusé.
En une décennie de pouvoir, le Premier ministre hongrois Viktor Orban a déjà multiplié les atteintes à l’Etat de droit dans le domaine de la justice, de la société civile, de la liberté de la presse.
Manifestation palestinienne contre le plan d’annexions de Binyamin Netanyahou, le 30 mai à Naplouse.
Depuis des années, des manifestations sont organisées à Budapest pour obtenir l’autonomie du Pays Sicule.
PHOTONEWS_10856551-001
Depuis leurs canapés, des spectateurs confinés du monde entier ont pu assister au concert «
One World: Together At Home
» organisé par Lady Gaga.
Image=d-20190710-3UZYRD_high[1]
Viktor Orban a conseillé vendredi à ce qu’il nomme la «bulle bruxelloise» de combattre le coronavirus au lieu de s’occuper de la Hongrie.
Le président exhibe un graphique comparant deux courbes
: la plus sombre prédit de 1,5 à 2,2 millions de morts en cas de non-intervention, la seconde annonce de 100.000 à 240.000 morts si des mesures adéquates étaient prises. © Reuters.
Participation à un meeting de la Ligue, en mai dernier à Milan
: le Néerlandais Geert Wilders (à g.) et Marine Le Pen ont rejoint Matteo Salvini.
En une décennie de pouvoir, Viktor Orban a déjà multiplié les atteintes à l’Etat de droit.
IRAN EPIDEMIC COVID-19
Giorgia Meloni véhémente à la tribune, lors de la récente campagne électorale régionale en Emilie-Romagne, le 24 janvier dernier à Ravenne.
Pour Nicolas Baverez, l’antisémitisme, le racisme... sont une violence qui n’est pas motivée par des problèmes économiques et sociaux. C’est une violence tournée contre la démocratie.
d-20200206-3YQ840 2020-02-06 14:41:36