L’aéroport de Bruxelles desservira plus de 100 destinations cet été

L’aéroport de Bruxelles desservira plus de 100 destinations cet été

L’aéroport de Bruxelles, la compagnie aérienne Brussels Airlines et le tour-opérateur TUI ont adressé un message visant à rassurer tous les touristes souhaitant voyager par le Brussels Airport cet été : ils pourront le faire en toute sécurité. La compagnie aérienne prévoit une reprise progressive de ses vols commerciaux le 15 juin alors que TUI relance ses opérations le 20 juin et, plus largement, début juillet.

Au total, quelque 100 destinations différentes seront proposées à Zaventem durant les mois d’été, ont indiqué les autorités aéroportuaires vendredi.

Mesures sanitaires importantes

Les vacances ou autres déplacements iront de pair avec la mise en place de mesures sanitaires importantes, ajoutent-elles. À partir du 15 juin, des contrôles de températures seront effectués sur tous les passagers au départ et à l’arrivée grâce à des caméras thermiques.

Cette mesure combinée au respect de la distance sociale, à l’hygiène des mains et au port d’un masque buccal, permettra de voyager en toute sécurité, insiste le Brussels Airport. Dès leur entrée dans l’aéroport, tous les passagers sont tenus de porter un masque qui couvre le nez et la bouche, à l’exception des enfants de moins de six ans. Cette couverture bucco-nasale sera aussi obligatoire à bord de l’avion.

L’aéroport belge a été en outre choisi comme référence par l’EASA (European Union Aviation Safety Agency) pour l’application des mesures Covid-19 en milieu aéroportuaire.

« Alors que 10 destinations étaient opérationnelles en mai, on dépassera les 100 destinations en juillet », a commenté Arnaud Feist, CEO du Brussels Airport. « Nous avons beaucoup souffert ces trois derniers mois avec une fréquentation presque réduite à néant, mais la reprise commence. » L’an dernier, à la période estivale, quelque 200 destinations étaient encore proposées.

Reprise lente et longue

Tant l’aéroport que la compagnie Brussels Airlines prévoient de revenir à 50 % de leur activité d’avant-crise d’ici la fin de l’année. « Le chemin est encore très long avant un retour à la normale », a concédé Dieter Vranckx, CEO de Brussels Airlines. Entre le 15 juin et le 31 août, une soixantaine de destinations seront reliées en Europe, Afrique et aux Etats-Unis. Sur le Vieux Continent, l’accent sera mis sur les nations touristiques que sont l’Italie, l’Espagne et la Grèce. Un renforcement des connexions « affaires » est prévu en septembre.

TUI entend reprendre son activité le 20 juillet avec un vol vers Dubrovnik en Croatie puis le lendemain vers Faro (Portugal). Cette offre sera considérablement élargie début juillet. Le tour-opérateur a précisé que ses vols au départ des quatre aéroports régionaux du pays reprendraient également en juillet. Les premiers vols depuis Charleroi, vers l’Espagne notamment, auront lieu le 3 juillet et le 17 juillet au départ de Liège.

L’offre de Brussels Airlines comme celle de TUI pourrait être modifiée car elle dépend des autorisations délivrées par les autorités locales pour entrer dans ces pays.

L’aéroport prévoit une perte de 200 millions d’euros en 2020

En raison de la crise, l’aéroport de Bruxelles prévoit une perte nette de 200 millions d’euros cette année, a également précisé Arnaud Feist en marge de la conférence de presse sur la reprise du trafic aérien commercial. Il a souligné que l’aéroport était toujours resté ouvert pendant le verrouillage, y compris pour les vols de fret et les vols de rapatriement, mais que le nombre de passagers avait diminué de 99 %. Ce n’est qu’à partir de 2023 que l’aéroport de Bruxelles-National s’attend à nouveau à ce que le nombre de passagers d’avant la crise soit atteint.

Ce ne sont donc pas seulement les compagnies aériennes qui ont été gravement touchées par la crise, mais aussi l’exploitant de l’aéroport lui-même. Néanmoins, l’aéroport de Bruxelles-National négocie un geste commercial avec ses clients, mais celui-ci doit être distribué de « manière non discriminatoire », selon M. Feist. « Nous faisons tout ce que nous pouvons, mais nous avons nous aussi été durement touchés. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous