Accueil Les racines élémentaires

Les Racines élémentaires de Nathalie Uffner: «Toute sa vie, j’ai vu mon père pleurer son père perdu»

Nathalie Uffner, directrice artistique du Théâtre de la Toison d’Or, se retourne sur son histoire familiale, marquée par la déportation à Auschwitz de ses deux grands-pères. C’est l’héritage de ce traumatisme qui lui a donné l’instinct de survie, dit-elle.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 11 min

Elle s’apprêtait cette année à fêter les 25 ans du Théâtre de la Toison d’Or, avec des affiches qui promettaient déjà des moments de bonheur (Alex Vizorek, Guillermo Guiz, Myriam Leroy, un spectacle sur Marc Moulin…). Depuis le vendredi 13 mars, à minuit, Nathalie Uffner, directrice artistique du TTO, a vu son rêve tourner au vinaigre. Voire au cauchemar : le TTO est peu soutenu par les pouvoirs publics. Sa survie repose sur la billetterie. Et sur la nécessité de remplir les salles. On en est loin aujourd’hui, même après les annonces de réouverture prochaine… mais à distance et avec donc des salles à moitié vides.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Fedito Wallonne , samedi 6 juin 2020, 14:29

    Je n’adhère pas du tout....

  • Posté par Zondack Leon, samedi 6 juin 2020, 13:39

    quelqu'un de bien et puis Lionel Duroy et After Life, j'adhère complètement merci pour cet article

Aussi en Les racines élémentaires

Grand format Les Racines élémentaires de David Hockney: «J’ai toujours su que je devais quitter Bradford»

David Hockney nous ouvre les portes de son légendaire refuge normand, où il s’est réinventé durant la pandémie. Le grand maître britannique nous raconte ses jeunes années, sa passion pour les arts, son envol vers New York et Los Angeles, son retour vers le Yorkshire natal… A près de 85 ans, Hockney fume, peint, s’amuse. Et savoure le temps qui reste, « ici et maintenant »

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs