Accueil Société

Cécile Jodogne (Défi) sur la prostitution: «Arrêtons l’hypocrisie et donnons un statut»

Depuis l’annonce voilée du CNS laissant entendre que la prostitution pourrait reprendre dès le 8, la bourgmestre faisant fonction de Schaerbeek est très sollicitée par le secteur actif sur sa commune.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Propriétaires de salons de prostitution, travailleuses et travailleurs du sexe eux-mêmes, associations : depuis le CNS de mercredi, le secteur s’agite, se presse, s’inquiète aussi. En expliquant que la règle était désormais « tout est autorisé sauf ce qui est interdit » et sans citer le travail du sexe, la Première ministre a donc, à demi-mot, validé la reprise de la prostitution dès lundi. Ce qu’on nous a confirmé plusieurs fois mercredi soir. Depuis lors, et depuis l’article du Soir, le cabinet de Cécile Jodogne (Défi) est particulièrement sollicité. La bourgmestre faisant fonction de Schaerbeek dénonce l’« hypocrisie du fédéral » et réclame un protocole clair.

Un secteur ignoré ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Chergui Karim, samedi 6 juin 2020, 7:23

    "Je ne suis pas « pour » la prostitution : j’aimerais bien qu’elle n’existe pas" "Si ces personnes avaient un vrai statut, elles pourraient prétendre à une aide, au droit passerelle, ou au chômage temporaire, etc." Pourquoi n'aurait-elle pas droit à une aide ?

  • Posté par ADAM Jean-Victor, vendredi 5 juin 2020, 21:31

    Oui je sens que ça vient. J’attends encore un peu mais ...

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs