Accueil Société

Goffin sur la réouverture des frontières: «Certains pays sont entrés dans une forme de concurrence touristique»

« Pour la réouverture des frontières, la coordination européenne ne fonctionne pas », a estimé le ministre des Affaires étrangères.

Temps de lecture: 3 min

L’Union européenne est incapable de se coordonner pour la réouverture de ses frontières, car « certains pays sont entrés dans une forme de concurrence touristique », a déploré samedi le chef de la diplomatie belge Philippe Goffin.

« On est demandeurs d’une telle coordination, mais ça ne fonctionne pas. Certains pays sont entrés dans une forme de concurrence touristique », a-t-il dénoncé dans un entretien au quotidien La Libre Belgique.

Les ministres de l’Intérieur ont tenté de trouver vendredi un accord pour rouvrir de manière coordonnée les frontières internes et externes de l’UE fermées depuis mars pour lutter contre la pandémie du covid19.

La majorité des Etats a accepté la date du 15 juin pour lever les contrôles et les restrictions de circulation instaurées au sein de l’espace Schengen, mais certains Etats préfèrent décider seuls. « Lorsque l’Italie annonce en premier la réouverture de ses frontières le 3 juin, c’est aussi pour lancer un appel aux touristes », souligne le ministre. « Chacun a géré cette crise de manière très autonome, parce que la situation n’était pas la même partout », explique-t-il.

« On a plaidé pour la cohérence européenne »

« Le Grand-duché du Luxembourg n’a jamais fermé ses frontières. L’Allemagne a mis en place une fermeture très stricte de ses frontières, avant d’être parmi les premiers à prôner la réouverture. Nous, Belges, on a plaidé pour la cohérence européenne. Ça n’a manifestement pas été possible », regrette-t-il. « Pour ce qui est de la réouverture des frontières de l’UE vers l’extérieur, la Belgique prendra une décision à la lumière des recommandations de la Commission européenne. Je reste optimiste quant à la capacité de l’Europe à annoncer une date commune », a-t-il conclu.

L’interdiction des voyages non essentiels vers l’UE instaurée le 17 mars a été prolongée jusqu’à la fin du mois de juin pour permettre de bien préparer une ouverture progressive de ces frontières extérieures. Mais la Grèce, dont l’économie dépend du tourisme, a annoncé sa décision de rouvrir son ciel à partir du 15 juin à une liste de pays tiers comme l’Australie, la Chine, la Corée du Sud.

Philippe Goffin met en garde contre l’annonce de la disparition du virus. « On espère qu’il n’y aura pas de développement négatif, sinon on devra prendre à nouveau des mesures », met-il en garde. Le ministre rappelle la dépendance des Etats de l’UE pour la fourniture de matériel médical et plaide pour la création de « réserves stratégiques de certains produits à définir » pour éviter les concurrences intra-européennes. L’effort doit porter sur un réseau de production au sein de l’UE, insiste-t-il.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

19 Commentaires

  • Posté par VAN HOOSTE Christian, samedi 6 juin 2020, 14:31

    Certains ministres sont entrés dans une forme de concurrence d'inaptitude à gérer le pays.

  • Posté par Propronet Juste, samedi 6 juin 2020, 13:15

    Argent, argent, toujours argent !!!! Dans quel monde vivons nous?

  • Posté par Clodong André, samedi 6 juin 2020, 13:03

    La concurrence est souvent une bonne chose. La qualité des offres augmente. Cela vaut mieux qu'un cartel d'Etats qui s'accordent pour dépouiller le citoyen honnête.

  • Posté par jose niesten, samedi 6 juin 2020, 11:58

    Certains manifestement ne savent pas lire ou ne veulent pas comprendre que lorsqu'un ministre décide de quelque chose cela est pour son pays en plus c'est De Crem qui a fait l'annonce.

  • Posté par Debrabander Jean, samedi 6 juin 2020, 15:19

    Certains manifestement n'ont pas de mémoire ou ne savent pas lire : RTBF 2 juin : "Pieter De Crem, le soir, ou Philippe Goffin, le lendemain, paraissaient trop heureux d’annoncer à leurs concitoyens qu’ils pouvaient illico se rendre notamment en France, avant de constater qu’aucune concertation n’avait eu lieu avec les autorités françaises, pas plus non plus qu’avec les Pays-Bas où des bourgmestres se disaient surpris. Simple "couac " de communication, tente-t-on… La concertation préalable avec les pays voisins paraissait pourtant élémentaire."

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko