Accueil Société

Ayoub Bouda: «Mon frère n’est pas mort sous le genou d’un policier, mais à cause d’une voiture de police»

Le grand frère de Mehdi Bouda, tué l’an dernier par une voiture de police, ne peut s’empêcher de faire le parallèle entre la mort de George Floyd et celle de son frère, à Bruxelles.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Le collectif « Justice pour Mehdi » souhaitait prendre la parole lors de la manifestation de ce dimanche. Suite à des tensions avec l’organisation, le collectif a publié un communiqué disant qu’il ne serait pas présent. A l’heure actuelle, Ayoub Bouda, le grand frère de Mehdi, tué l’an dernier, percuté par une voiture de police, se tâte encore. Mais il tient à préciser qu’il n’appelle pas au boycott, que « la division nous affaiblit », et que l’« ennemi commun » est bien le racisme.

Pour vous, il y a bien un parallèle entre la mort de George Floyd aux Etats-Unis de celle de votre frère, ici ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par jourdain Claude, dimanche 7 juin 2020, 18:28

    Les situations ne sont en rien comparables. Les noirs américains sont bien chez eux, aux USA. Leurs aïeux y ont été acheminés de force dans des conditions effroyables pour y vivre et travailler comme esclaves dans des conditions abominables. Les revendications de leurs descendants sont plus que légitimes, d'autant plus que le mouvement (...) suprémaciste prend de l'ampleur et plus seulement dans le Deep South. En Belgique, personne ne fut/n'est obligé d'y venir, d'y rester ou d'en obtenir la nationalité (très souvent de papier/façade). Il n'y a pas de rideau de fer comme à l'époque "soviétique". N''y aurait-il pas pas de racisme de couleur, ethnique ou religieux en Afrique ?

  • Posté par Andre Georges-marc, dimanche 7 juin 2020, 17:32

    Malgré tout le respect que l'on doit pour ce gamin et sa famille, il ne faut pas faire d'amalgame. Entre un policier au passé douteux qui aux Etats-Unis immobilise consciemment avec son genou de façon criminelle un homme déjà maîtrisé/menotté et un jeune motard qui refuse d'obtempérer à une injonction de police et se jette accidentellement sur un véhicule de police, il y a un monde. Laisser aux enquêteurs le soin de vérifier tout cela et, de grâce, refuser aux journalistes le droit d'utiliser le témoignage de l'une des parties prenantes pour faire un gros titre évidemment tendancieux.

  • Posté par Van Dalem Marc, dimanche 7 juin 2020, 17:03

    Georges F n'a pas cherché à fuir. Même si la situation est douloureuse pour les familles, il est évident - et personne ne peut le nier, même ceux qui ne veulent QUE faire de la récup de basse politique - que si les gens en infraction - quelle que soit leur origine - se soumettaient aux contrôles et ne cherchaient pas à s'enfuir, beaucoup de drames atroces seraient évités. Pour les familles des victimes, il est malheureusement trop tard. Pour les autres familles, il faut s'interroger sur l'éducation à donner aux jeunes. Halte aux slogans et stop à la récup politicienne, genre Trudeau! Il faudra aussi expliquer en quoi les cas malheureux cités par le journaliste (Mehdi, Adil,...) peuvent être associés à un comportement raciste de la part des policiers. Le conducteur du véhicule de police impliqué a-t-il demandé, avant ou pendant son intervention, quelle était l'origine ou le prénom du "fuyard" et a-t-il adapté son comportement à une éventuelle réponse reçue? Aurait-il abandonné toute poursuite si on lui avait dit que le fuyard était plus blanc que Dash et se prénommait Arthur ou Louis ? Du mauvais journalisme et un bien mauvais procès d'intention. Bien sûr "certains" pensent que tout irait mieux sans police!

  • Posté par Wilmes Paul, dimanche 7 juin 2020, 16:23

    Je rois que l on melange tout !!!!!!!

  • Posté par Wilmes Paul, dimanche 7 juin 2020, 16:24

    pas je rois ,je crois

Plus de commentaires

Aussi en Société

Plongée dans l’enfer des prostituées trans au quartier Yser

L’ASBL Alias sort une enquête et un court-métrage sur la situation des prostituées trans dans le quartier Yser. Détresse, survie et danger sont les maîtres mots de celles qui, souvent, n’entrevoient pas d’autre choix que de se prostituer.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs