Accueil Belgique

Un fournisseur de masques mécontent attaque l’Etat belge en justice

En commandant dans l’urgence 15 millions de protections à une société luxembourgeoise, le ministre de la Défense Philippe Goffin a mécontenté les professionnels belges du textile. Ceux-ci dénoncent un marché de dupes et une dépense inconsidérée. L’un d’eux a saisi le Conseil d’Etat.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Ce lundi lors d’une rencontre avec la presse à la caserne de Peutie, le ministre de la Défense (MR) Philippe Goffin devrait annoncer que ses services ont enfin reçu les 15 millions de masques commandés au début du mois de mai à la société luxembourgeoise Avrox. Auxquels s’ajoutent 3 millions de pièces déjà livrées par l’entreprise gantoise Tweeds & Cotton. La distribution de ces protections – dont il faut dans certains cas encore tester la conformité – sera prise en charge, dès la semaine prochaine, par les pharmacies. Alors que depuis le 4 mai déjà, le port du masque est obligatoire dans les transports en commun.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

39 Commentaires

  • Posté par Vary Monique, samedi 18 juillet 2020, 12:56

    Il y avait des conditions et des normes à respecter, on les a modifiées quand on s'est aperçu que les masques commandés n'étaient pas conformes. C'est normal, ça ? (lavage à 30° au lieu de 60° exigés au départ) + encore quelques arrangements.

  • Posté par lucien Orban, lundi 8 juin 2020, 23:03

    L’État belge a fixé des règles de soumission qui sont elle mêmes régie par des lois et le ministre n'avait pas le droit de choisir celui qui lui plaisait, que l'on veuille ou non lui chercher noise. Ces lois ont été faites pour éviter le copinage comme celle qui se passe quand on saucissonne une commande pour qu'elle soit sous la norme comme cela se fait si souvent aux niveaux régionaux et communaux.

  • Posté par Carlier Thierry, lundi 8 juin 2020, 20:57

    Ce qui m'interpelle avant tout, outre le choix du commanditaire et la façon dont cela c'est passé (dont nombre de lectrices et lecteurs ont déjà bien débattu, je les en remercie), c'est bien le choix de la photo pour cet article : "Ohé, t'as vu GLB comme y sont zolis mes biaux lacets "electric blue" assortis à mon cot'sume et à ma cravate à p'tits carreaux, hein! Et comme le photographe il a bien cadré tout ça, hein! Si c'est pas du bon boulot, je ne m'y connais pas, hein!"... Cette façon de faire de la politico-politique de marketo-packageur...le reste n'étant qu'appréciation d'homo numericus, ex-homo erectus, ex homo sapiens sapiens qui "piense" pas beaucoup avant de nous faire croire qu'il va agir. Je vous le dis tout de go : "Arrêtez de nous prendre pour des bouffons que nous ne sommes pas!"

  • Posté par Lefebvre Michel, lundi 8 juin 2020, 16:17

    Il est évident que si on contacte les soumissionnaires "perdants" de n'importe quel marché public, ils en auront gros sur la patate... cela ne signifie en rien que le commanditaire ai fauté.

  • Posté par Dagnelie Raphaël, lundi 8 juin 2020, 15:43

    Je crois que beaucoup de gens ne connaissent pas les critères imposées par l'Europe dans le cadre des offres publiques.

Plus de commentaires

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs