Rudy Pevenage toujours fidèle à Jan Ullrich: «Il mérite une seconde chance»

@News
@News

Rudy Pevenage a encore pris la défense de l’ancien coureur cycliste allemand Jan Ullrich dans une interview donnée au portail internet allemand Sportbuzzer. Ils ont été très proches au sein de l’équipe cycliste Deutsche Telekom à la fin des années 90 et au début des années 2000. Après sa carrière arrêtée par le scandale de dopage liée au médecin espagnol Eufemiano Fuentes, Ullrich a connu des moments difficiles. « Il mérite une seconde chance », a déclaré Pevenage, dont l’autobiographie, qui a été publiée dans notre pays en janvier, va paraître cette semaine en Allemagne.

« Jan n’a pas été très habile durant sa carrière », a lancé Pevenage. « Il aurait dû gagner le Tour trois fois. Il aurait dû faire beaucoup plus, mais il a quand même gagné le Tour de France une fois, est devenu deux fois champion du monde de contre-la-montre et champion olympique à Sydney. Jan est une grande star mondiale ».

« Il y a deux ou trois ans, je suis allé à Majorque chaque semaine avec Jan. Il a vécu des moments très difficiles. Il avait des problèmes de genou, des problèmes avec sa femme, n’était pas autorisé à voir ses enfants et était seul à Majorque. Pour lui, c’était la fin du monde. Il est actuellement hébergé chez des amis à Fribourg et il se porte bien », a dit Pevenage. « Jan a toujours été bien-aimé dans le peloton cycliste, tout le contraire de son rival Lance Armstrong. Mais Jan avait un problème. Il a d’abord été encensé dans les journaux en Allemagne, puis voué aux gémonies. Dans des pays comme la Belgique ou l’Italie, Jan est un héros. Partout où je vais, ils me posent des questions sur lui. Mais en Allemagne, il est oublié ».

Pevenage espère qu’Ullrich, qui a séjourné dans une clinique de désintoxication à l’automne 2018 après une série d’incidents, pourra à nouveau apparaître en public à l’avenir. Il veut même l’aider dans ce domaine. « Jan doit sortir davantage. Mais il a encore besoin de temps, il devrait prendre la décision lui-même. J’aimerais l’aider dans cette tâche et je connais d’autres personnes qui aimeraient également le faire. Tout le monde mérite une seconde chance. Jan n’a rien fait de mal. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous