Accueil Société

Pourquoi Emmanuel André démissionne une deuxième fois

Le virologue renonce à son poste de coordinateur des opérations de traçage du virus. La faible intensité de l’épidémie lui permet de se retirer sans créer de difficultés majeures. Les ministres sont étonnés.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

Vendredi soir déjà, le virologue Emmanuel André annonçait par mail aux membres de la cellule interfédérale pour le testing et le tracing sa démission du poste de coordinateur pour les opérations de suivi de contacts. L’information a été révélée ce lundi matin par nos confrères de La Libre avant de se répandre comme une traînée de poudre sur tous les sites d’information.

A la veille du week-end, les ministres régionaux en charge de la santé n’ont pas été informés par l’intéressé de sa décision alors qu’ils avaient soutenu la candidature du scientifique à ce poste. Lundi, Christie Morreale (Wallonie) et Alain Maron (Bruxelles) n’ont pas commenté l’information, se contentant de remercier le scientifique pour la qualité de son travail.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Debrabander Jean, mardi 9 juin 2020, 5:32

    Un beau sujet pour le professeur Francart : "testing" et "tracing". En fait, ce sont les tests qui posent problème. Eric Deffet écrit deux fois pour le couple : "testing et tracing" mais, séparément, quatre fois "traçage". Comment franciser "testing" ? "Testinge", "testage" "les tests" ... ?

  • Posté par lambert viviane, mardi 9 juin 2020, 1:07

    Merci Docteur Emmanuel André pour tout le travail accompli. Bonne route. Déplorable l'expression du Soir depuis le début de l'épidémie : Rat de laboratoire. Une fois, ça va. La répétition fait retenir "RAT". Tout au déshonneur de la rédaction

  • Posté par Casier Etienne, lundi 8 juin 2020, 19:01

    Le dispositif de traçage manuel a été mis en place suite à un arrêté royal de pouvoir spécial n°18 et prolongé jusqu'au 30 juin par l'arrêté royal de pouvoir spécial n°25. Celui-ci doit être transposé dans une loi. Le conseil d'état et l'Autorité de Protection des Données ont dézingué le projet de loi. Tout comme l'arrêté royal, le projet de loi est contraire à la constitution, au RGPD . Il ne respecte pas le secret médical. Etc, etc... Une vraie catastrophe... En outre comme le traçage est une compétence communautaire (que la communauté française a transférée vers la COCOM et la région wallonne), il va falloir un accord de coopération voté par le Fédéral, la communauté flamande, la communauté germanophone, la région wallonne, la COCOM et le fédéral. Il y a donc de forte chance que l'accord de coopération n'aboutisse jamais vu la lasagne institutionnelle belge. Il s'agissait donc d'une mission impossible pour monsieur Emmanuel André

  • Posté par Houbar Arlette, lundi 8 juin 2020, 19:56

    De toute façon, c'est comme d'habitude, ils se repassent la patate chaude. Et qui payera les Régions, les Communautés ou le Fédéral ? A chacun son budget ! Enfin, j'ai dans la tête la chanson de Charles Aznavour, le contribuable sera encore et toujours taxé et surtaxé.

  • Posté par Bayens Remi, lundi 8 juin 2020, 18:18

    Je comprends. Quand nous avons des responsables politiques autorisent des manifestations dans le genre de ce dimanche, il y a de quoi douter qu'ils on vraiment envie de protéger la population. Ils regardent plutôt les prochaines élections.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs