Eviction de Robert Vertenueil: un député PS s’en prend violemment au PTB

Robert Vertenueil
Robert Vertenueil - Bruno Dalimonte

Le Parti Socialiste a rendu hommage, mardi, à Robert Vertenueil, contraint de céder sa place à la tête de la FGTB à Thierry Bodson après avoir perdu la confiance des instances du syndicat. Le PS a salué, via Twitter, « le travail d’un homme intègre qui a toujours défendu les intérêts des travailleurs avec force et conviction ».

De son côté, le secrétaire général de la mutualité socialiste Solidaris, Jean-Pascal Labille, a indiqué avoir « partagé avec lui de nombreux combats ». « Nous continuerons à les mener pour la défense de la solidarité, des travailleurs, de nos affiliés et des soins de santé. »

Le député fédéral socialiste Patrick Prévot s’en est lui pris, pour sa part, au PTB, affirmant que « certains cadres PTBistes auront donc eu la peau » de M. Verteneuil « parce qu’il a eu l’outrecuidance de discuter avec le président d’un parti démocratique !! Cette décision est à vomir. Et je pèse mes mots… »

Le PTB dément toute implication

Mis en cause depuis plusieurs jours, le parti d’extrême gauche dément fermement toute implication. « Lire la séquence actuelle comme un complot du PTB relève vraiment de la méconnaissance totale de la vitalité démocratique de la FGTB », a réagi son porte-parole Raoul Hedebouw.

Georges-Louis Bouchez, dont la rencontre avec le désormais ex-président du syndicat socialiste a précipité la chute, a souhaité « bonne route » à M. Vertenueil et « bienvenue » à son successeur Thierry Bodson. « J’espère que le dialogue entamé par son prédécesseur pourra se poursuivre. Ce n’est pas dans la radicalité que des solutions pérennes et utiles pour les citoyens pourront être trouvées », a écrit le président du MR.

M. Bodson, qui assumera provisoirement la fonction de président de la FGTB jusqu’à une nouvelle désignation en septembre, a assuré mardi midi que le départ de M. Vertenueil n’était lié ni au PTB, ni à la personne de Georges-Louis Bouchez. La rupture de confiance s’explique par le fait que l’ex-président a évoqué, avec son homologue du MR, un nouveau pacte social, discussion pour laquelle il ne disposait pas de mandat, a souligné le nouveau dirigeant du syndicat socialiste.

Sur le même sujet
Partis politiquesSyndicats
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous