Accueil Monde Afrique

Le décès inopiné du président sortant du Burundi pose beaucoup de questions

Le président burundais Pierre Nkurunziza, âgé de 55 ans, est décédé lundi, officiellement des suites d’un « arrêt cardiaque ». Il s’apprêtait à quitter le pouvoir après 15 années à la tête du pays marquées par une crise politique meurtrière.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

Le président du Burundi, invoquant la protection divine s’étendant sur son pays, avait tenu à organiser les élections générales en dépit de la pandémie de coronavirus. Si le scrutin du 20 mai dernier s’était déroulé dans le calme, il avait été marqué par beaucoup d’irrégularités, dénoncées par les évêques catholiques. Bon nombre d’observateurs avaient été frappés par le fait que le président sortant Pierre Nkurunziza, arrivant au terme de son deuxième mandat, avait décidé de ne pas se représenter (conformément à la Constitution mais à la surprise générale) et qu’il avait soutenu la candidature du général Ndayishimye, « Neva », un homme assez populaire et peu inféodé à la clique de généraux entourant le chef de l’Etat. Seuls quelques initiés savaient que le président sortant avait déclaré forfait car il était atteint par une maladie incurable et désirait gérer au mieux son retrait du pouvoir.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Afrique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs