Près de 6.000 entrepreneurs ont demandé le nouveau congé de paternité

Près de 6.000 entrepreneurs ont demandé le nouveau congé de paternité

Depuis le 1er mai 2019, les indépendants à titre principal qui deviennent pères ou co-parent ont droit, à certaines conditions, au congé de paternité ou au congé de naissance.

La législation prévoit un congé de paternité ou de naissance de maximum 10 jours. L’allocation correspondante s’élève à 81,63 euros par jour de congé. Le congé peut être pris dans les quatre mois qui suivent la naissance, en jours entiers ou en demi-jours.

«Pour certains indépendants, il n’est pas toujours évident d’interrompre leur activité, surtout pour les starters qui sont encore en plein démarrage», commente Liantis face au nombre de demandes jugé peu élevé.

Une baisse pendant le confinement

Pendant la période de confinement, Liantis a en outre constaté une baisse «considérable» du nombre de demandes de congé de paternité parmi ses indépendants affiliés. En avril, par exemple, les demandes ont reculé de 36% par rapport à février. «En cette période de crise, de nombreux indépendants ont dû automatiquement interrompre leur activité. Qui plus est, les entrepreneurs qui pouvaient poursuivre leur activité étaient contraints de mettre les bouchées doubles pour continuer à faire tourner leur affaire», explique encore Liantis.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FILES-US-HEALTH-VIRUS-VACCINE-J&J

    Johnson & Johnson: un nouveau revers pour la campagne de vaccination

  2. Dominique Duchesnes.

    Sophie Wilmès à la veille du Codeco: «Il faut saisir l’occasion de revenir sur le chemin des libertés»

  3. PHOTONEWS_10902184-071

    Voyages: un compromis se dessine entre Etats sur le certificat vert

La chronique
  • Royaume-Uni: comment le prince Philip a veillé aux intérêts économiques de la famille Windsor

    Par Marc Roche

    Sur le sol depuis des jours, une marée de journaux, de cahiers spéciaux et de biographies lourdes comme une enclume consacrées au duc d’Edimbourg, décédé le 9 avril à l’âge de 99 ans. Le héros de la Deuxième Guerre mondiale, le croisé de l’écologie avant la lettre, le philanthrope de la jeunesse en difficulté et surtout le roc de Sa Majesté au cours d’un mariage d’une exceptionnelle longévité… au risque d’indisposer, les médias britanniques n’ont eu cesse de mettre en exergue le formidable héritage de Son Altesse royale qui doit être inhumé samedi au château de Windsor.

    En revanche, pas un mot sur son rôle de PDG de la « Firme », comme le roi George VI, père de l’actuelle souveraine, avait surnommé la famille royale. Ce trait d’humour est révélateur de la véritable entreprise qu’est devenu Windsor Inc. Cette prospérité est le legs le moins...

    Lire la suite

  • La science a donné, merci de chercher un autre bouc émissaire

    Donnez-nous des études scientifiques. Et des chiffres. Voilà ce que réclament des secteurs fermés depuis une plombe pour qu’on leur prouve l’efficacité des mesures sanitaires en vigueur. Et politiquement, ce discours percole : certains voudraient enfin qu’on leur démontre si un salon de coiffure est plus dangereux qu’un salon de thé. Ou qu’une pépinière.

    La demande est compréhensible. Pour mieux lutter contre le virus, l’idéal serait de disposer d’un hit-parade de ses endroits préférés....

    Lire la suite