Accueil

En plus de son étoilé, Bon Bon aura également son bistrot

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 2 min

Pour survivre à la crise, Christophe Hardiquest, chef doublement étoilé de Bon Bon, à Bruxelles, a décidé de repenser son business model. Tout en conservant les quatre jours d’ouverture de son restaurant gastronomique (avec deux menus uniques), il utilisera, dès ce dimanche, les plages qui lui restent (dimanche, lundi et mardi) pour donner vie à un bistrot (le bon bistrot by Bon Bon) dans le même endroit, avec une carte de six entrées, six plats et six desserts, entre créativité et classique (tête pressée, fondue au fromage, asperges à la flamande revisitées).

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs