Accueil Société

L’intimidation policière d’un journaliste à Bruxelles signalée au Conseil de l’Europe

Un policier a momentanément confisqué la carte de presse et les papiers d’identité du journaliste, alors qu’il filmait une arrestation sur l’espace public en marge de la manifestation contre le racisme « Black Lives Matter » à Bruxelles.

Temps de lecture: 2 min

La Fédération internationale des Journalistes (FIJ) et la Fédération européenne des Journalistes (FEJ) ont alerté la « Plateforme pour renforcer la protection du journalisme et la sécurité des journalistes » du Conseil de l’Europe à propos de l’intimidation dont a été victime dimanche le journaliste Jérémy Audouard alors qu’il filmait une arrestation, peut-on lire jeudi sur le site internet de l’institution basée à Strasbourg.

À lire aussi Racisme et violence policière: en France, l’urgence d’apaiser les tensions

Un policier a momentanément confisqué la carte de presse et les papiers d’identité du journaliste, alors qu’il filmait une arrestation sur l’espace public en marge de la manifestation contre le racisme « Black Lives Matter » à Bruxelles. Jérémy Audouard a ensuite publié une vidéo des faits sur Twitter, dans laquelle un policier lui barre le passage et lui réclame de manière agressive de montrer sa carte de presse.

La FIJ et la FEJ ont décidé d’en informer le Conseil de l’Europe via sa « Plateforme pour renforcer la protection du journalisme et la sécurité des journalistes ». Ce dispositif a pour objectif de permettre au Conseil de l’Europe « d’être informé à temps, de manière plus systématique et d’agir de façon rapide et coordonnée quand cela s’avère nécessaire », précise l’institution.

À lire aussi Un antiracisme noir prend son essor en Belgique

Concrètement, la secrétaire générale du Conseil de l’Europe Marija Pejcinovic Buric fait parvenir l’alerte aux ambassadeurs des 47 Etats membres et demande des explications officielles à l’Etat mis en cause.

L’Association des journalistes professionnels (AJP) avait annoncé dès lundi avoir ouvert un dossier de plainte collective auprès du Comité P, l’organe de contrôle des services de police.

Il s’agit de la deuxième alerte concernant la Belgique envoyée au Conseil de l’Europe en 2020. La première avait été lancée en janvier dernier et concernait la filature de journalistes d’investigation par des détectives privés commanditée par le promoteur immobilier Land Invest Group.

Au total, 90 alertes relatives à la liberté des médias ont été recensées depuis le début de l’année 2020 dans 28 des 47 Etats membres du Conseil de l’Europe.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

27 Commentaires

  • Posté par Druide David, jeudi 11 juin 2020, 15:04

    Mais quels pleurnicheurs ces journalistes!

  • Posté par Delvaulx Christophe, jeudi 11 juin 2020, 13:47

    Voici ce qu’en dit la RTBF : L’Association des journalistes professionnels a lancé un appel aux journalistes victimes d’intimidations lors de cette manifestation, pour qu’ils se signalent. Martine Simonis, secrétaire générale de l'AJP : "En Belgique, une décision judiciaire récente établit clairement le droit pour les journalistes de filmer la police en intervention dans un lieu public. Elle permet de diffuser l'image en utilisant les mesures de précaution (ne pas porter préjudice à l'honneur, ne pas diffuser des séquences partielles...). Ce droit de filmer est établi. La police ne peut pas empêcher les journalistes de filmer. Elle peut leur demander de s'identifier, c'est à ça que sert la carte de presse émise par le SPF Intérieur. Cela permet au porteur de s'identifier comme journaliste". L'AJP va faire un dossier de plainte, car à l'occasion d'un contrôle, la police ne peut pas ensuite le menacer de le retrouver. Ce sont des agissements policiers inacceptables dans Etat de droit."

  • Posté par Stassart Guy, jeudi 11 juin 2020, 13:31

    Depuis quand les journalistes ou pseudo journalistes bénéficient-ils d'un privilège tout comme nos politiciens

  • Posté par M. G., jeudi 11 juin 2020, 13:26

    La situation n'est pas une excuse pour se montrer agressif, intimidant, et menaçant. J'espère que le policier sera sanctionné, on ne leur apprend pas à contrôler leurs nerfs à ces Starsky & Hutch qui se croient tout permis ?

  • Posté par G Jean Luc, jeudi 11 juin 2020, 13:17

    "Un policier a momentanément confisqué la carte de presse et les papiers d’identité du journaliste" ... c'est quoi 'momentanément'? 1 minute? 1h? 1 jour? 1 minute pour contrôle, rien d'anormal. Si c'est 1 jour, ça devient une autre chose. Info un peu partiale, non?

Plus de commentaires

Aussi en Société

Enquête Info «Le Soir»: le Qatar soupçonné de corruption en plein cœur de l’Europe

Quatre interpellations et 16 perquisitions ont été réalisées ce vendredi à Bruxelles dans le cadre d’une vaste enquête anticorruption menée par le parquet fédéral. Un ancien eurodéputé et le patron de la Confédération internationale des syndicats ont été privés de liberté, soupçonnés d’avoir reçu les faveurs du Qatar. Révélations du « Soir » et de « Knack ».

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko