Bruxelles: une PME sur trois menacée

d-20161008-GAFY3Y 2016-10-07 12:42:02

Près d’un tiers des PME bruxelloises (27,9%) qui étaient encore en bonne santé avant la crise liée au coronavirus n’ont pas de réserves propres suffisantes pour survivre à cette crise, soit 22.110 entreprises, a fait savoir mercredi l’organisation entrepreneuriale Unizo sur la base d’une recherche effectuée par le spécialiste de l’information commerciale Graydon. En outre, 10.451 PME (13,1% du total) semblent ne disposer que de réserves modérées avec lesquelles elles peuvent à peine survivre.

Unizo met en garde contre un massacre économique dans la capitale. «S’il n’y a pas d’aide supplémentaire, de nombreuses PME viables vont déposer le bilan et disparaître, tandis que d’autres vont se diriger vers la faillite.»

L’Union des entrepreneurs indépendants demande donc aux autorités bruxelloises de concentrer les prochaines mesures de recouvrement sur ce type d’entreprises. «Cela peut se faire principalement par des mesures de soutien financier, telles que le renforcement du Fonds de garantie de Bruxelles, l’octroi de prêts subordonnés par Finance.brussels et la mobilisation de capitaux privés via le prêt «win-win"», a-t-elle indiqué.

Si l’on considère chaque secteur, ce sont principalement l’hôtellerie et la restauration, le commerce de détail, les activités créatives et les événements qui semblent être en difficulté.

 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Martin Buxant (à g.) et Joan Condijts, respectivement rédacteur en chef et CEO, croient toujours en leur bébé.

    LN24 à vendre? Pas si vite!

  2. SPAIN-VOLCANO (2)

    La sourde menace du volcan de La Palma

  3. Parlera-t-on de père, de mère, et d’un parent de sexe neutre. Le débat promet d’être intense.

    Faut-il supprimer les genres au sein de la famille?

La chronique
  • Brux-ils Brux-elles: le vaccin, signe d’un grand écart

    Les douze communes les moins bien vaccinées du pays sont… bruxelloises. Chez les 12-17 ans, le taux de vaccination est de 31 % dans la capitale, contre… 83 % en Flandre, 59 % en Wallonie. Pas une statistique pour sauver la Région bruxelloise, pas une tranche d’âge qui se distingue, pas vraiment une commune qui sort du lot (même la meilleure de la classe, Woluwe-Saint-Pierre, dépasse à peine les 65 %). Au total, à peine 54 % de la population totale a déjà reçu une première dose (80 % de Flamand(e)s et 69 % de Wallon(ne)s).

    Des efforts pas toujours payants

    Pire, de semaine en semaine, les chiffres stagnent, forçant les autorités à repousser les objectifs. A la veille des vacances, on visait encore 65 % de vacciné(e)s chez les plus de 18 ans pour la mi-juillet. A la rentrée, on espérait les 65 %, de la population totale cette fois, protégée pour fin octobre. Tenable moyennant un rythme...

    Lire la suite

  • La grande gayole du covid wallon

    A quelques encablures de la phase du « chacun décide pour lui-même », c’est déjà l’opacité qui règne. En Wallonie du moins, car à ce stade, on a l’impression qu’il y a désormais trente-six niveaux de prises de décisions qui se penchent sur la manière de combattre la reprise du covid dans le sud du pays, et plus grand monde qui sache à quel saint se vouer.

    C’est sans doute un brin exagéré mais ce lundi il y avait à tout le moins de l’énervement dans l’air, tant le « qu’est-ce qu’on fait...

    Lire la suite