Accueil Culture Musiques

Emmanuelle Béart: «Charles Aznavour avait peur qu’on oublie mon père»

Avec sa sœur Eve, Emmanuelle Béart a invité la crème de la chanson française à reprendre quelques titres de Guy Béart. Le résultat, un double album qui sort ce 12 juin, est réussi. Justice est rendue à un « classique » qui était en train de glisser dans l’oubli.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 10 min

Elles peuvent être fières de leur travail, les filles Béart. Cinq ans après la mort de leur père, qu’on entendait ces dernières années bien peu sur les ondes, Eve et Emmanuelle ont relevé le défi que leur avait lancé, un jour, Charles Aznavour : rendre vie à l’œuvre de Guy Béart, artiste que l’on considérait il y a cinquante ans comme l’un des classiques de la grande chanson française, aux côtés de Brel, Brassens, Ferré, Barbara, Nougaro…

Au soir d’une émission télévisuelle des années 80 (Apostrophes), Béart s’opposa virulemment à Gainsbourg, en s’accrochant avec fierté à la noblesse de la chanson française, « art majeur » selon lui. Le grand public ne retint de cette séquence que l’indignation du barde. Il en sortit ringardisé. Cruauté des médias. L’œuvre de Béart ne méritait certainement pas une telle mise au grenier.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Michiels Laurence, vendredi 12 juin 2020, 9:16

    Ils n'ont pas mis Chandernagor ?

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs