Un tribunal néerlandais invalide la fusion de PostNL et Sandd (2)

Une telle fusion entraînerait une situation de monopole. L'Autorité de la concurrence aux Pays-Bas avait donc émis un avis négatif à cette opération, mais le gouvernement avait tout de même donné son aval.

Les autorités n'ont pas agi de manière suffisamment consciencieuse en octroyant cette autorisation, estime maintenant la justice néerlandaise. Le tribunal a notamment estimé que les autres acteurs postaux n'avaient pas eu suffisamment l'occasion de se pencher sur la fusion.

En outre, la secrétaire d'État aux Affaires économiques, Mona Keijzer, n'a pas suffisamment étayé certaines hypothèses sur l'avenir du marché postal. Elle n'a donc pas pu plaider avec conviction que la fusion des entreprises postales était d'un intérêt public, selon le tribunal.

Les conséquences concrètes de cette décision de justice ne sont pas encore claires. La tribunal se prononçait uniquement sur le fait de savoir si l'autorisation donnée par les autorités était valable ou non, a ajouté un porte-parole du tribunal de Rotterdam. La balle est désormais dans le camp du ministère néerlandais des Affaires économiques.

PostNL déclare avoir pleine confiance dans la capacité du cabinet à gérer le dossier. La fusion ne peut pas être cassée, car l'intégration de Sandd est achevée et que le personnel est sous le giron de PostNL depuis février, avance l'entreprise.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous