PwC Belgium s’allie à la Wild Code School pour pallier la pénurie de profils numériques qualifiés

PwC Belgium s’allie à la Wild Code School pour pallier la pénurie de profils numériques qualifiés

La nouvelle ne date pas d’hier, le secteur des nouvelles technologies connaît une véritable pénurie sur le marché du travail en Belgique. Les talents informatiques sont de plus en plus recherchés par les entreprises du Royaume, et les profils qualifiés se font, a contrario, de plus en plus en rares. Une tendance que la Wild Code School, implantée à Bruxelles depuis 2018, tente de renverser. Cette école innovante basée dans de nombreuses villes d’Europe propose des formations en présentiel de 5 mois pour des métiers liés aux nouvelles technologies (développeur web, data analyst, data ingénieur, spécialiste en cybersécurité, etc.). Cette semaine, l’école frappe fort en s’alliant avec la branche belge de PwC, véritable mastodonte de l’audit. « Par ce partenariat, nous allons offrir un employeur de renom à nos alumni », se félicite François Blondeau, directeur gérant de la Wild Code School Belgique, « Si dans la pratique cette collaboration ne va pas changer le contenu de nos formations, elle constituera cependant un réel plus pour nos étudiants. Des experts de chez PwC vont pouvoir intervenir lors de nos cours et participeront à notre “Job Day”. Notre partenaire nous permettra également de réaliser des formations, des workshops, des visites mais aussi des stages en entreprises ».

Une double approche appréciée

Avec ses 1.700 employés et un chiffre d’affaires de 310,2 millions d’euros nets pour l’année 2018, PricewaterhouseCoopers Belgium n’est bien entendu plus à présenter dans le milieu de l’audit. L’entreprise se réjouit pourtant de ce partenariat. « Nous avons été séduits par la double approche offerte par la “Wild Code School”  : la reconversion professionnelle et la mise à disposition de stagiaires. Offrir à ces étudiants la possibilité de s’imprégner de la culture d’entreprise de PwC nous permet de tester leurs capacités d’adaptation à notre environnement de travail », commente Karl Bolle, responsable des ressources humaines chez PwC Belgium.

Un partenariat qui tentera par la même occasion de casser la considération selon laquelle la multinationale ne s’intéresse qu’aux profils universitaires. « PwC veut se moderniser et améliorer son image auprès des futurs professionnels. Ses cadres veulent montrer qu’ils sont prêts à recruter des profils atypiques et pas seulement des diplômés de Solvay. Nos formations sont ouvertes à tous, de 18 à 50 ans. Nombre de nos étudiants ne sont pas universitaires, certains n’ont même pas leur diplôme du secondaire. Pourtant, 90 % des étudiants qui sortent de notre école trouvent un job de Data Analyst ou de développeur web dans les trois mois, et ce, peu importe leur background. La pénurie est réelle dans le secteur, le gouvernement fédéral ainsi que toutes les régions du pays s’accordent pour le dire », développe François Blondeau.

Le rapprochement entre ces deux parties a également été lancé sur la base d’un constat commun : les métiers liés aux nouvelles technologies sont encore trop souvent étiquetés comme des professions masculines. «  C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de mettre en exergue le besoin flagrant de recrues féminines dans les STEM (Science, Technology, Engineering & Mathematics) dans ce partenariat  », précise Karl Bolle, « Nous serons d’ailleurs présents aux côtés de la Wild Code School lors des événements organisés dans le cadre de la Women in Tech Brussels, la plateforme européenne de la technologie et de l’innovation dédiée aux femmes ».

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20200430-GG1HA1 2020-04-29 13_06_42

  2. En dépit des manifestations (160.000 personnes ont défilé samedi dans plusieurs villes de France), le pass sanitaire a été adopté définitivement dimanche soir.

    Pass sanitaire: comment le gouvernement français a dû lâcher du lest

  3. Le nouveau ministère public «se chargera du traitement et du suivi de la plupart des amendes routières qui font l’objet d’une perception immédiate ou d’une transaction à l’amiable» selon le SPF Justice. © Belga.

    Sécurité routière: un nouveau parquet national pour traiter les milliers de «petits» délits

La chronique
  • Coronavirus – La vie devant toi (saison 2), jour 500: les bracelets

    En juin dernier, aux Etats-Unis, il s’est passé un truc incroyable.

    Des bracelets de trois couleurs ont fleuri au poignet des gens. Des gens dans la rue, des gens au boulot lors du retour au présentiel, des gens à des fêtes, à des mariages, des concerts, des événements. On appelle ça « le code couleur Covid-19 » et il a été mis en place pour les personnes qui ne sont pas – ou plus – à l'aise avec les interactions physiques.

    Il y a le bracelet rouge, le plus radical, qui dit : « Hi ! I’m keeping my distances » (« Salut, je préfère garder mes distances »). Le jaune, sur ses gardes : « Okay with talking but not touching » (« On peut parler sans se toucher »). Et le vert, le plus cool de la bande, qui est totalement « Okay with hugs & high-fives » (« Ok pour les câlins et les tope-là »).

    La Chambre de commerce de Virginie – 650 entreprises, 500.000 employé.e.s – a classé temporellement ces trois...

    Lire la suite

  • Et si on arrêtait de jouer au toutologue?

    A chaque drame qui ébranle le pays, la même temporalité dans les réactions. L’effroi d’abord, devant une catastrophe qui nous ramène à notre impuissance. L’empathie ensuite, pour toutes ces victimes innocentes. Le besoin de comprendre enfin, et par là de trouver les fautifs s’il devait en exister.

    L’épisode de crues historiques qui ont endeuillé une partie du pays en ce mois de juillet n’échappe pas à ce rythme. Depuis...

    Lire la suite