PwC Belgium s’allie à la Wild Code School pour pallier la pénurie de profils numériques qualifiés

PwC Belgium s’allie à la Wild Code School pour pallier la pénurie de profils numériques qualifiés

La nouvelle ne date pas d’hier, le secteur des nouvelles technologies connaît une véritable pénurie sur le marché du travail en Belgique. Les talents informatiques sont de plus en plus recherchés par les entreprises du Royaume, et les profils qualifiés se font, a contrario, de plus en plus en rares. Une tendance que la Wild Code School, implantée à Bruxelles depuis 2018, tente de renverser. Cette école innovante basée dans de nombreuses villes d’Europe propose des formations en présentiel de 5 mois pour des métiers liés aux nouvelles technologies (développeur web, data analyst, data ingénieur, spécialiste en cybersécurité, etc.). Cette semaine, l’école frappe fort en s’alliant avec la branche belge de PwC, véritable mastodonte de l’audit. « Par ce partenariat, nous allons offrir un employeur de renom à nos alumni », se félicite François Blondeau, directeur gérant de la Wild Code School Belgique, « Si dans la pratique cette collaboration ne va pas changer le contenu de nos formations, elle constituera cependant un réel plus pour nos étudiants. Des experts de chez PwC vont pouvoir intervenir lors de nos cours et participeront à notre “Job Day”. Notre partenaire nous permettra également de réaliser des formations, des workshops, des visites mais aussi des stages en entreprises ».

Une double approche appréciée

Avec ses 1.700 employés et un chiffre d’affaires de 310,2 millions d’euros nets pour l’année 2018, PricewaterhouseCoopers Belgium n’est bien entendu plus à présenter dans le milieu de l’audit. L’entreprise se réjouit pourtant de ce partenariat. « Nous avons été séduits par la double approche offerte par la “Wild Code School”  : la reconversion professionnelle et la mise à disposition de stagiaires. Offrir à ces étudiants la possibilité de s’imprégner de la culture d’entreprise de PwC nous permet de tester leurs capacités d’adaptation à notre environnement de travail », commente Karl Bolle, responsable des ressources humaines chez PwC Belgium.

Un partenariat qui tentera par la même occasion de casser la considération selon laquelle la multinationale ne s’intéresse qu’aux profils universitaires. « PwC veut se moderniser et améliorer son image auprès des futurs professionnels. Ses cadres veulent montrer qu’ils sont prêts à recruter des profils atypiques et pas seulement des diplômés de Solvay. Nos formations sont ouvertes à tous, de 18 à 50 ans. Nombre de nos étudiants ne sont pas universitaires, certains n’ont même pas leur diplôme du secondaire. Pourtant, 90 % des étudiants qui sortent de notre école trouvent un job de Data Analyst ou de développeur web dans les trois mois, et ce, peu importe leur background. La pénurie est réelle dans le secteur, le gouvernement fédéral ainsi que toutes les régions du pays s’accordent pour le dire », développe François Blondeau.

Le rapprochement entre ces deux parties a également été lancé sur la base d’un constat commun : les métiers liés aux nouvelles technologies sont encore trop souvent étiquetés comme des professions masculines. «  C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de mettre en exergue le besoin flagrant de recrues féminines dans les STEM (Science, Technology, Engineering & Mathematics) dans ce partenariat  », précise Karl Bolle, « Nous serons d’ailleurs présents aux côtés de la Wild Code School lors des événements organisés dans le cadre de la Women in Tech Brussels, la plateforme européenne de la technologie et de l’innovation dédiée aux femmes ».

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’activité d’imagerie médicale a chuté de 55%.

    Le covid fera bien plus de victimes qu’on ne le pense

  2. Pour la mode et la déco, ce mois de fêtes représente 20% des ventes de l’année. Pour le jouet, cela grimpe à 30%, indique l’UCM qui vient de sonder ses membres. © Photo News

    Déconfinement: vers la réouverture des magasins dès la semaine prochaine

  3. Annelies Verlinden (CD&V), ministre de l’Intérieur. © Olivier Matthys.

    Coronavirus: crispations des politiques francophones autour des prises de décisions

La chronique
  • La chronique «Enjeux»: Je ne veux rien savoir…

    Le monde est mal fait. Et la pandémie a encore démontré cette désolante lapalissade. Alors que dans les pays autoritaires, des citoyens se battent contre une disette d’informations fiables sur le covid-19, dans les pays démocratiques une partie significative du public se plaint de la « surabondance informationnelle » et en prend prétexte pour se débrancher.

    Aux Etats-Unis, selon le Pew Research Center, le pourcentage de personnes « suivant de très près » les informations sur la pandémie est passé de près de 60 % en mars à 35 % en septembre, alors que la crise sanitaire explosait. Une étude du Reuters Institute de l’Université d’Oxford confirme ce même phénomène au Royaume-Uni. Une partie croissante de la population évite même totalement l’information sur la pandémie. « Elle me met de mauvaise humeur, elle me déprime », déclarent ces sourds volontaires.

    L’ignorance qui tue

    Or, le succès de la riposte sanitaire dépend en grande...

    Lire la suite

  • Par Frédéric Larsimont

    Maradona, l’homme qui a tué le joueur tout en faisant sa légende

    Dernière et ultime provoc en référence à l’un des gestes marquant de sa carrière lors du Mondial 86 face à l’Angleterre, Diego Maradona a rendu hier après-midi son dernier souffle pour le remettre entre les mains de Dieu. Du moins l’espèrent ceux qui le pleurent et prient aujourd’hui pour le salut d’une âme damnée doublée d’un génie du foot. El Pibe de Oro, le gamin qui s’est extrait des quartiers pauvres de Bueno Aires pour devenir une icône du sport mondial, s’en est allé au terme d’une vie qu’il a brûlée par tous les bouts possibles et...

    Lire la suite