Accueil Société Enseignement

Valérie Glatigny: «Non, nous n’allons pas brader la réussite»

Des étudiants demandent à bénéficier d’une réussite administrative à l’issue de cette année perturbée par le Covid. La ministre du Supérieur n’est pas près de céder. Elle cherche par contre à garantir la finançabilité d’un maximum de monde.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 5 min

Dix sur vingt pour tout le monde ? L’Union syndicale étudiante, le Comac, l’Assemblée des étudiants de l’UCLouvain, le mouvement No one fails (personne n’échoue)… plusieurs milliers de jeunes réclament l’application d’une note administrative – un 10 sur 20 généralisé – pour sanctionner cette année académique pas comme les autres. Quitte à l’assortir de remédiations dans le courant de l’année suivante. De quoi faire bouger le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles ? Nous avons posé question à la ministre de l’Enseignement supérieur Valérie Glatigny.

Cette réussite généralisée, ça restera un rêve d’étudiant ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par De Villers Léopold, samedi 13 juin 2020, 10:16

    Comment peut-on organiser des examens par internet. Quid des problèmes des serveurs incapables de supporter autant de connexions? Quid des pannes d'électricité chez l'étudiant? quid des pannes d'électricité pour les serveurs (l'université possède t elle des "backup" )? Quid des pannes de réseau internet? Quid des pannes des PC utilisés par l'étudiant? Je pensais que le professeurs d'Université était intelligents mais il semble qu'ils ne le sont pas. Pourquoi pas reporter ces examens en juillet lorsque le virus aura presque disparu et ce dans les anciennes conditions c'est à dire dans les auditoires ou autres salles plus grandes afin de garder un minimum de distance. Nous avons vécus une situation spéciales alors il faut envisager des solutions spéciales. Mais je pense que ces grands professeurs voulaient tout simplement pouvoir prendre des vacances donc pas reporter les sessions d'examens. Je précise qu'avant ma pension j'étais directeur informatique donc je sais de quoi je parle au sujet de l'instabilité des systèmes informatiques quelques soient les systèmes mis en route pour les sécuriser

  • Posté par Dib Rihon Renata, samedi 13 juin 2020, 9:59

    Mon fils termine ses études universitaires cette année. Effectivement le dernier trimestre a été chamboulé et certainement plus difficile parce qu’il lui a fallu terminer sa thèse. Nous croisons les doigts pour qu’il réussisse. Mais quoiqu’il arrive il aura appris à gérer l’ingérable, il aura dû démontrer ses capacités à faire face à l’imprévu. Comme il est resté majoritairement dans son kot, je l’ai suivi à distance et je l’ai vu apprendre et acquérir des qualités d’organisation qu’il n’avait pas il y a quelques mois, qualités dont il aura à faire preuve dans n’importe quelle entreprise. Alors oui, nous avons eu dur mais essayons de dégager aussi les aspects positifs, même s’ils ne sont pas nombreux. Et merci à la ministre de ne pas brader les diplômes parce que si sa réussite est importante, sa capacité à trouver un emploi à sa sortie l’est encore plus et ça ne se fera pas avec un diplôme obtenu au rabais

  • Posté par Dib Rihon Renata, samedi 13 juin 2020, 9:59

    Mon fils termine ses études universitaires cette année. Effectivement le dernier trimestre a été chamboulé et certainement plus difficile parce qu’il lui a fallu terminer sa thèse. Nous croisons les doigts pour qu’il réussisse. Mais quoiqu’il arrive il aura appris à gérer l’ingérable, il aura dû démontrer ses capacités à faire face à l’imprévu. Comme il est resté majoritairement dans son kot, je l’ai suivi à distance et je l’ai vu apprendre et acquérir des qualités d’organisation qu’il n’avait pas il y a quelques mois, qualités dont il aura à faire preuve dans n’importe quelle entreprise. Alors oui, nous avons eu dur mais essayons de dégager aussi les aspects positifs, même s’ils ne sont pas nombreux. Et merci à la ministre de ne pas brader les diplômes parce que si sa réussite est importante, sa capacité à trouver un emploi à sa sortie l’est encore plus et ça ne se fera pas avec un diplôme obtenu au rabais

  • Posté par Jaspers Marie, samedi 13 juin 2020, 0:57

    Je me demande comment l'évaluation à distance peut être fiable.Et cette question ne m'a préoccupée que parce que j'ai été sollicité par un étudiant de 2° bac pour une aide à son examen de maths avec questions QCM.Il me demandait d'être disponible un certain jour de 8h à 10 h.Pour collaborer comment? Je n'ai pas demandé les modalités parce que j'ai répondu que la demande qu'il me faisait était une fraude.Comme, la demande avait été faite 8 jours à l'avance, je lui ai proposé de lui expliquer la matière bénévolement.Je n'ai plus entendu parler de lui.Je suis donc persuadée qu'il aura trouvé une "âme charitable". J'ai eu l'aveux d'une autre étudiante de 1° bac pour un autre cours.Comme j'étais indignée, les deux étudiants avec lesquels j'ai eu des contacts m'ont donné comme excuse qu'ils n'étaient pas les seuls à le faire.Je me pose des lors trois questions: 1)quel % d'examens à distance permet la fraude?2) quel % d'étudiants auront réussi leurs examens par fraude quand le système le permettait? 3) Les universités en sont-elles conscientes?

  • Posté par DELHAYE Jean-Luc, vendredi 12 juin 2020, 21:59

    Il n'est ni nécessaire ni productif de mettre tout le monde dans le même sac. Certains étudiants ont réussi les examens, malgré les circonstances difficiles ; tant mieux. D'autres ne les ont pas réussi, peut-être à cause de ces circonstances, peut-être pas - peu importe: ils n'ont pas les acquis nécessaires ; pour ceux-là, il faut tout simplement prévoir un semestre supplémentaire: ils passeront à l'année suivante en janvier au lieu de septembre ; c'est une charge supplémentaire pour les professeurs, mais c'est organisable. Ce qui est hors de question, c'est de brader des diplômes, car les employeurs potentiels seraient alors légitimenent réticents à engager des diplômés "avec satisfaction" de 2020.

Plus de commentaires

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs