Bruxelles, destination plage-pétanque, pique-nique cet été

Parmi les sites à métamorphoser cet été, le square Amnesty (inconnu des GPS) à Jette. Une zone de détente plutôt qu’un parking.
Parmi les sites à métamorphoser cet été, le square Amnesty (inconnu des GPS) à Jette. Une zone de détente plutôt qu’un parking. - PIERRE-YVES THIENPONT.

Cet été, beaucoup de Bruxellois ne partiront pas à l’étranger. Faute de moyens, de congés, de plan. Le gouvernement régional entend donc transformer la capitale en agréable lieu de vacances. Chaque ministre est invité à contribuer à l’effort, dans le cadre de ses compétences.

Elke Van den Brandt (Groen) et Alain Maron (Ecolo) ont décidé de miser sur la créativité locale, qu’ils stimuleront et encourageront. Concrètement, les ministres de la Mobilité et de l’Environnement ont chacun débloqué 200.000 euros pour financer des petits projets concourant à l’animation estivale sur l’espace public. « Les pouvoirs publics doivent offrir une alternative à ceux qui restent. On ne peut pas organiser de grands événements, mais on peut réfléchir à plein de petites initiatives, qui permettent de flâner, de se rencontrer, de manger une glace », plaide Elke Van den Brandt. Toutes les idées sont les bienvenues, pourvu qu’elles émanent d’une association ou d’une commune, rencontrent l’objectif, ne nécessitent pas plus de 15.000 euros pour être mises en œuvre, et durent deux mois.

Du sable, de la pétanque, des aires de pique-nique

Tous les rêves sont permis, certains ont déjà été traduits en dossiers concrets. Cureghem voudrait une plage, l’avenue Louise souhaite reconvertir son vaste parking central (entre les rues Defacq et du Châtelain) en aire de pique-nique, avec piste de pétanque et terrasses partagées pour l’horeca du coin. Des petites embarcations cherchent un plan d’eau, sans doute vers Anderlecht. D’autres quartiers voudraient installer un mur d’escalade ou un espace de skate. Jette espère reconvertir son square Amnesty en zone de délassement. Il est permis de proposer à Bruxelles Mobilité, d’ici jeudi 19, des plaines de jeux, des pelouses pour faire la sieste, du cinéma en plein air. Du temporaire, en juillet-août. « Mais cela donnera sans doute des idées, pour des projets à plus long terme », souligne Elke Van den Brandt.

Alain Maron, lui, a déjà clôturé son appel, articulé autour de l’eau. La sélection des dossiers est en cours. « L’objectif était d’encourager les initiatives culturelles, événementielles, de petite taille. » En parallèle, toujours pour rendre l’été convivial dans la ville, Bruxelles Environnement organisera une série d’animations dans ses parcs (qui n’ont jamais fermé durant le confinement). « On songe à des visites nature, à des activités sportives ou culturelles. » La promenade verte, à Auderghem, sera par ailleurs rouverte. Idem pour les guinguettes dans les espaces verts, désormais confiées à un opérateur unique.

Plusieurs communes ont par ailleurs décidé de réorganiser leur espace public, temporairement, pour y faire plus de place pour les piétons et cyclistes durant les vacances, ou pour soutenir l’horeca (dernier exemple en date : la piétonnisation d’un bout de Saint-Boniface, à Ixelles). « Du reste, Bruxelles est, en temps normal, plus agréable l’été, parce qu’il y a moins de pression automobile, la ville est apaisée », insiste Alain Maron.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous