Accueil Société

Vaccin: des pays européens signent un accord garantissant 300 millions de doses

Allemagne, France, Italie et Pays-Bas ont signé un accord avec le groupe pharmaceutique AstraZeneca pour garantir la fourniture à l’UE de 300 millions de doses d’un éventuel vaccin contre le coronavirus. Maggie De Block juge déraisonnable de négocier un vaccin en dehors de l’initiative européenne.

Temps de lecture: 3 min

Les quatre pays ont signé un accord avec le groupe, né en 1999 de la fusion du Suédois Astra et du Britannique Zeneca, qui prévoit l’approvisionnement de l’ensemble des pays membres de l’Union européenne dès qu’un vaccin contre le Covid-19 sera découvert, a indiqué le ministère allemand de la Santé, ce samedi.

Le groupe pharmaceutique a de son côté estimé samedi dans un communiqué que le nombre de doses pourrait aller jusqu’à 400 millions. Le développement d’un vaccin pourrait être achevé avec succès d’ici la fin de l’année, ont précisé à l’AFP des sources gouvernementales allemandes.

À lire aussi Yves Van Laethem: «Il n’y aura pas de vaccin pour tout le monde»

Les doses « doivent être distribuées à tous les États membres qui veulent participer, en fonction de la taille de leur population », selon le ministère. « Pour que les vaccins soient disponibles en grand nombre très rapidement après leur éventuelle approbation cette année ou l’année prochaine, les capacités de production doivent être garanties par contrat dès maintenant », a-t-il fait valoir.

L’« action rapide et coordonnée d’un groupe d’États membres » va bénéficier à « tous les citoyens de l’UE », s’est réjoui samedi le ministre allemand de la Santé, Jens Spahn.

La Commission européenne avait défendu vendredi l’idée auprès des pays de l’UE de se regrouper pour garantir un accès privilégié à un futur vaccin. Elle plaidait notamment pour la mise en place de contrats d’achats anticipés.

À lire aussi Des Belges aux avant-postes de la recherche pour un vaccin

Au moment où les laboratoires tentent de trouver un vaccin en un temps record -douze à 18 mois, contre plusieurs années en temps normal –, ces avances sur paiement leur permettraient d’investir dans les capacités de production, alors que les essais cliniques sur les humains ne sont pas encore finalisés.

Cet engagement donnerait le droit aux États membres d’acheter un certain nombre de doses à un certain prix une fois le vaccin disponible, en contrepartie du risque pris en matière d’investissements.

Les principaux groupes pharmaceutiques sont engagés dans une course pour développer un vaccin contre le coronavirus, qui a jusqu’à présent fait plus de 417.000 morts et infecté plus de 7,4 millions de personnes dans le monde.

À lire aussi Vaccins anti-covid: les 4 procédés les plus prometteurs

AstraZeneca avait fait savoir vendredi qu’il attendait pour septembre des résultats sur l’efficacité du vaccin contre le nouveau coronavirus sur lequel il travaille avec l’université d’Oxford. Des tests sont menés en Grande-Bretagne, ainsi qu’au Brésil devenu l’épicentre de la pandémie.

Au total, une dizaine de travaux sur différents vaccins ont atteint le stade des essais cliniques dans le monde.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

24 Commentaires

  • Posté par Henrard Daniel, dimanche 14 juin 2020, 14:12

    Belle idée constructive bien entendu. Mais avec humour et seulement avec humour, je me demande si Maggie DE Block a été informée que la Grande Bretagne ne fait plus partie depuis quelques temps de l'union européenne. Les choses évoluent tellement vite en ce bas monde qu'on ne peut tout savoir. Même pas a température conseillée pour le lavage des masques. 30 - 45° - 60° ????

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, dimanche 14 juin 2020, 12:14

    Lisez donc attentivement l'article SVP : "Les doses « doivent être distribuées à tous les États membres qui veulent participer, en fonction de la taille de leur population », selon le ministère." Et : "L’« action rapide et coordonnée d’un groupe d’États membres » va bénéficier à « tous les citoyens de l’UE », s’est réjoui samedi le ministre allemand de la Santé, Jens Spahn." Le vaccin développé par AstraZeneca avec l'université d'Oxford étant l'un des projets parmi les plus avancés (un autre projet en pointe étant celui de la firme américaine Moderna) avec des tests simultanés de phase II et III en cours, le choix effectué par ces quelques pays me semble "plutôt pertinent". Et la réflexion de madame De Block "plutôt de bon sens"... Voir entre autres : [https://www.nytimes.com/interactive/2020/science/ coronavirus-vaccine-tracker.html?auth=login-email&login=email] et aussi: [https://www.nytimes.com/interactive/2020/05/20/science/ coronavirus-vaccine-development.html] ainsi que : [https://www.nytimes.com/2020/06/03/us/politics/ coronavirus-vaccine-trump-moderna.html].

  • Posté par Yernaux Jean-pierre , dimanche 14 juin 2020, 11:59

    4 pays s'engagent pour une filière concernant le futur vaccin et d'autre part l'Union Européenne subsidie plusieurs processus de recherche. Que se passe-t-il si une autre entreprise européenne arrive avant. Et la Belgique, quel est son choix dans ce nouveau chapitre. Un accord est-il possible entre les 9 ministres de la santé, avec ou sans la NVA, par Maggie De block ou Ph. Goffin, pour tout le monde ou les "vieux" ........... Beaucoup d'incertitude !!!!!!!!!!!

  • Posté par Snyers Snyers, dimanche 14 juin 2020, 10:44

    Déraisonnable ? Ce serait bien d'argumenter, d'expliquer un minimum plutôt que d'éliminer la question de façon péremptoire ! On connait déjà l'histoire des masques, allons-nous devoir subir une prochaine histoire des vaccins ?!! Par ailleurs, Allemagne, France, Italie, etc. ne sont-ils pas membre à part entière de l'union européenne ? Bref, qu'attend la Belgique ?

  • Posté par Demarche Eric, dimanche 14 juin 2020, 9:01

    Selon Eurostat, sachant qu'au 1er janvier 2019, la population de l'Union européenne SANS le Royaume-Uni, l'UE comptait 446,9 millions d'habitants, cherchez l'erreur !

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko