Accueil Opinions Cartes blanches

«Le Monde d’après? Construire des ponts pour partager les frontières»

La fermeture des frontières suite à la crise liée au coronavirus nous a purement et simplement donné l’occasion de reformuler le rôle d’une frontière et la façon dont nous devons, en tant que citoyens transfrontaliers et groupement territorial, l’intégrer dans nos actions, affirme dans une carte blanche Loïc Delhuvenne

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Ce n’est pas un idéal, ce n’est pas une vaine pensée lancée pour agiter. C’est un travail que je mène au quotidien dans mon Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai, dans mes rapports aux gens, dans mes échanges professionnels. Pourquoi me direz-vous ? Parce que je ne crois pas, ou plus, aux frontières mentales, morales et administratives que notre humanité a érigées. Nous le constatons chaque jour, ces frontières, invisibles à l’œil nu, symbolisées par des emblèmes, fanions ou couleurs ne collent plus à notre réalité. Nous nous rendons de part et d’autre pour entretenir nos liens sociaux, économiques, professionnels. Des constructions mentales et administratives qui tombent et s’effacent dès qu’il est question d’entretenir un échange.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs