Accueil Société

Des contrôles de police discriminatoires? Un profilage ethnique difficilement objectivable

Faute de recensement « ethnique », les recherches en matière de discrimination ou biais racistes ne se fondent que sur des travaux « qualitatifs », en l’occurrence, des témoignages.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 2 min

Dans son enquête sur les afrodescendants, la Fondation Roi Baudouin relève que 80 % des 800 sondés affirment avoir été victimes d’une discrimination fondée sur leur couleur de peau ou leur origine. Si la majorité des signalements pointent l’école, 14 % des expériences de racisme évoquées étaient liées à la police.

La question du profilage ethnique – le fait de mener un contrôle policier fondé sur le seul critère des origines ou religion supposées de la personne –, officiellement interdit, a été longuement interrogée dans un rapport d’Amnesty international Belgique en 2018, donnant suite à un travail parlementaire.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Biot Philippe, mardi 16 juin 2020, 16:01

    Qui ne voit pas que les contrôles de police ne se déroulent pas partout de la même manière? Y voir une cause "ethique"? Les beaux quartiers réclament moins de contrôles "personnels. Les banlieues c'est le contraire. Doit-on parler de contrôles "au portefeuille"? Dans les campanes, les contrôles routiers (vitesse, alcoolémie"sont plus nombreux que dans les quartiers. Doit-on parler de contrôles "paysans"? Le problème réside dans la façon de contrôler. Et nous savons aussi qu'il est plus simple d'être policier de campagne que policier de banlieue. Pourtant nous savons aussi qu'il y a des problèmes partout. Rejeter la cause des problèmes sur les seuls policiers? Nous regardons tous les programmes TV sur des policiers au travail.

  • Posté par Stassart Guy, mardi 16 juin 2020, 15:19

    Les statistiques d'UNIA 70 dossier de 2016 à 2018 dont 17 % pour la police. Cela représente 10 dossiers en deux ans. Il y a vraiment de quoi crier au scandale. Pour Amnesty international 48 policiers. Il faut savoir qu'en Belgique il y a environ 45000 policiers cela représente environ 1 policier pour 1000. Si cela ce n'est pas du bashing policier je ne sais pas ce que c'est d'autre. Ces deux organismes d'extrême-gauche financés par notre argent n'ont pour seul but que de détruire nos institutions.

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs