L’US Open aura lieu à huis clos du 31 août au 13 septembre

@News
@News

L’US Open de tennis, levée du Grand Chelem, se déroulera aux dates prévues du 31 août au 13 septembre à Flushing Meadows, mais à huis clos, a annoncé mardi Andrew Cuomo, le gouverneur de New York.

« La fédération américaine de tennis prendra des précautions extraordinaires pour protéger les joueurs et le personnel, y compris des tests solides, un nettoyage supplémentaire des lieux, un espace réservé aux vestiaires supplémentaire, un logement et un transport dédiés », a-t-il justifié sur Twitter.

Reste à présent à convaincre de nombreux joueurs majeurs tels que Novak Djokovic de jouer ce tournoi du Grand Chelem, longtemps menacé par le coronavirus.

Sans plusieurs grands noms

Après le forfait pour tout le reste de la saison annoncé par Roger Federer, un autre renoncement fait du bruit. C’est celui de Simona Halep, ex-nº1 mondiale et lauréate de Roland-Garros en 2018 et de Wimbledon en 2019. La Roumaine a annoncé qu’elle ne rejouerait plus qu’en Europe en 2020. Ce qui veut dire qu’elle fait d’ores et déjà une croix sur la tournée américaine, et sur l’US Open, ainsi que sur toute la tournée asiatique, et donc aussi sur le Masters WTA de Shenzhen.

La situation sanitaire toujours préoccupante sur le continent américain, comme du côté de l’Asie (avec, notamment, de nouveaux cas en Chine), est évidemment à l’origine de la décision de la joueuse de Constanta. Mais c’est un premier acte tranché d’une forte personnalité du tennis mondial dans une période où pas mal de joueurs et joueuses se demandent toujours quelle position adopter pour cette reprise annoncée dans la douleur, ou plutôt dans les contraintes.

Une chose est certaine, ce premier « boycott » en appellera d’autres, ce qui veut dire que la tournée américaine risque fort d’être très… américaine avec, pour l’instant, peu de joueurs « étrangers » clairement en faveur de cette reprise là-bas. Sans savoir quelle sera la situation sanitaire dans le monde dans plus de deux mois…

En y regardant de plus près, Simona Halep est cohérente avec elle-même avec cette prise de position. En 2016, elle avait déjà décidé de renoncer au J.O. de Rio dans un pays en train de lutter contre le virus zika, à l’époque.

La santé avant tout !

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous