Union européenne: la Belgique paiera 19 milliards pour le plan de relance

Union européenne: la Belgique paiera 19 milliards pour le plan de relance

Fin mai, Ursula von der Leyen proposait un plan de relance afin de faire face à la crise économique dans l’UE provoquée par la pandémie de coronavirus. La Commission compte emprunter, au nom de l’Union, 750 milliards d’euros sur les marchés financiers pour alimenter un fonds de relance complémentaire du budget pluriannuel. Ce fonds complémentaire serait divisé en deux parties : 500 milliards de subventions (dont 4,8 milliards pour la Belgique) et 250 milliards sous forme de prêts. La pierre angulaire de cette proposition est la mutualisation de la dette ainsi contractée : cet emprunt commun finance la relance au bénéfice des pays plus touchés par la crise sanitaire mais sera remboursé par les Etats en fonction de leur poids économique et non des fonds reçus.

Depuis la présentation de se plan de relance, la question est la même dans chaque capitale : que paiera chaque pays et que recevra-t-il ? Selon les calculs préliminaires des autorités belges, sur l’emprunt de 500 milliards destiné à être accordé sous forme de subvention, la Belgique aurait à rembourser 17,4 milliards d’euros. Cette somme serait à rembourser par la Belgique sur 30 ans, soit 580 millions par an. Le budget européen lui-même pour les prochaines années (2021-2027) a fait l’objet d’une nouvelle proposition de la Commission. La contribution belge augmente de 1,5 milliard d’euros sur sept ans, soit environ 214 millions par an. Au total, la Belgique participera pour 18,9 milliards l’effort européen post-Covid.

Sortis du contexte, on pourrait donc conclure de ces chiffres que la Belgique paiera environ trois fois plus pour la relance européenne qu’elle n’en bénéficiera. Mais plusieurs nuances sont de mises : d’abord, il s’agit d’une proposition de la Commission et le sommet de vendredi sera la première occasion pour chaque chef d’Etat ou de gouvernement (dans le monde post Covid-19) de marquer ses lignes rouges.

Si les fonds de la relance vont effectivement aux pays les plus touchés (63,3 milliards, 61,6 milliards pour l’Espagne, 32,1 milliards pour la France, 21,8 milliards pour la Pologne, 21,5 milliards pour l’Allemagne, etc), l’idée véhicule par le principe de la proposition de la Commission est que la relance se fera au bénéfice de tous et qu’un potentiel échec de l’Italie à se relever de la crise sanitaire mettra à mal la stabilité du marché intérieur dont tous bénéficient. Les chaînes de valeur traversent les frontières et les pays européens sont les premiers clients les uns des autres.

Lire l’analyse complète sur LeSoir+: Plan de relance européen, la Belgique a fait ses calculs

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous