Accueil Économie

CRM: le nœud du financement coince toujours

Il faudra subsidier des centrales au gaz pour compenser la sortie du nucléaire. La commission Climat de la Chambre doit trancher ce mercredi la question de la méthode pour financer le mécanisme de rémunération de capacité (CRM). Et ce n’est pas gagné.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

Alors que la Belgique sort petit à petit de l’épidémie de coronavirus, certains dossiers « urgents » refont lentement surface. C’est le cas de celui de la sécurité d’approvisionnement en électricité. Pour rappel, le dernier des sept réacteurs nucléaires que compte notre pays doit fermer ses portes fin 2025. Une extinction qui laissera un grand « vide » de production (le parc nucléaire totalise une puissance de 6 GW) : quel qu’aura été d’ici là le développement des énergies renouvelables (solaire et éolien), il faudra trouver une solution pour assurer un approvisionnement suffisant en courant des ménages, des entreprises et des industries. Selon les sources, le déficit de production est estimé entre 2,4 (dixit la Creg, le régulateur fédéral) et 3,9 GW (dixit Elia, le gestionnaire du réseau de transport électrique).

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs