Accueil Société

Coronavirus: à Turin avec des Belges qui testent en masse les Italiens

25.000 volontaires sont invités à se faire piquer le doigt par Jean-Luc Gala (UCL) et son équipe afin de savoir s’ils ont eu le corona. Un futur modèle à appliquer chez nous ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 5 min

Aussi majestueuse que discrète avec son imposante crinière grise teintée de quelques mèches blondes éparses, Maria-Fransesca, attend stoïque devant ce qui fait penser à une issue de secours. Quand vient son tour, elle pénètre dans un décor encore jamais imaginé par le meilleur génie de la science-fiction. La salle est immense. Une sorte de scène reproduisant ce qui pourrait être la conquête de la lune occupe la moitié de l’espace. Des chaises jaunes et des tables derrière lesquelles s’activent des femmes et des hommes masqués en blouses blanches complètent le tableau. Dans le fond, il y a aussi une imposante tente qu’on a plutôt l’habitude de voir dans les reportages sur les pays en guerre.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Bolen Jean-François, mercredi 17 juin 2020, 21:52

    Le lobby flamand anti-Zentech (qui dans le cas présent a contre elle d'être Wallonne) en pleine démonstration de force absurde. Triste pays, tristes voisins du Nord (pas tous mais certains quand-même)....

Aussi en Société

Prisons: un rapport pointe la dureté des cachots belges

Dans une étude fouillée, le Conseil central de surveillance pénitentiaire décrit les cellules de punition au sein des établissements pénitentiaires. Certaines sont loin des balises édictées par l’arrêté royal de 2019.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs