Sophie Wilmès sur la surmortalité : «La Belgique est loin de pouvoir être pointée du doigt!» (vidéo)

Sophie Wilmès
Sophie Wilmès - Belga

La Première ministre est revenue cette après-midi à la Chambre sur le nombre de décès en Belgique, et la manière de les comptabiliser. « C’est vrai que la Belgique a souvent été pointée du doigt par rapport à la mortalité qu’il y a eu. Cependant la manière de comptabiliser les décès est fondamentale, alors qu’on sait que tous les pays ne comptabilisent pas les décès de la même manière . En Belgique nous avons tenu compte à la fois des décès en hôpitaux, des décès en maison de repos, des décès confirmés Covid et des décès ‘cas possibles Covid’. ».

Sophie Wilmès a précisé que cette manière de comptabiliser les décès ne devait pas mener à des « conclusions hâtives qui nous placeraient injustement dans les mauvais élèves ». Elle a expliqué que « la propagation du virus est fortement liée à la densité de population du pays. Ainsi comparer la Belgique avec d’autres pays beaucoup moins denses comme l’Australie ou la Nouvelle-Zélande a peu de sens. Il serait beaucoup plus pertinent de comparer la Belgique avec des régions européennes comparables en termes de taille et de nombre d’habitants. »

Pour la Première ministre, « il faut comparer ce qui est comparable à savoir la surmortalité, qui ne dépend pas du système de comptage, par rapport à la densité de la population. Et dans ce cas la Belgique est loin de pouvoir être pointée du doigt ! Est-ce que ca veut dire pour autant que la gestion de la crise a été parfaite ? Ce n’est pas ça que je veux dire, je dis juste qu’il faut aller regarder la méthodologie et les sources afin d’éviter de tirer des conclusions plus catastrophistes que la réalité. »

Sur le même sujet
PopulationAustralieBelgique
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous