Un plan de carrière en 5 étapes pour aider les jeunes diplômés

Un plan de carrière en 5 étapes pour aider les jeunes diplômés

Vous avez bientôt votre diplôme en poche ? Vous vous apprêtez à sauter dans grand bain du monde du travail mais ne savez toujours pas quelle direction vous souhaitez donner à votre carrière ? Cette inconnue, beaucoup de jeunes diplômés la connaissent. C’est pourquoi le cabinet de recrutement Walters People conseille d’établir un plan de carrière en cinq étapes pour y voir plus clair.

« Les jeunes diplômés se trouvent à une étape importante de leur vie, encore plus maintenant en raison de la conjoncture actuelle liée à la crise sanitaire », explique Adèle Demeire, Senior Consultant dans la division Finance de Walters People, « Vu l’incertitude qui règne autour du marché de l’emploi, les employeurs ne se précipitent plus et prennent leur temps avant d’engager un candidat. C’est donc important qu’un jeune sache identifier ses atouts et ses faiblesses pour savoir ce qu’il vaut. À ce stade, il n’a pas encore d’expérience et n’a que son diplôme à mettre en avant. Définir un plan de carrière permet de faire le point sur sa situation, déterminer ses objectifs professionnels futurs et surtout, les réaliser dans un temps donné ».

5 étapes clés

Pour bâtir son plan de carrière, la spécialiste en recrutement pointe cinq étapes primordiales à respecter : l’auto-évaluation, les compétences, les perspectives d’avenir, le délai et l’évaluation. « L’auto-évaluation est indispensable pour faire le point sur sa situation personnelle, sa personnalité ainsi que sur ses propres valeurs », détaille Adèle Demeire, « Avant toute chose, le but est de déterminer le chemin que vous souhaitez emprunter pour atteindre votre objectif final. Il est primordial de faire un bilan de ses compétences en sachant qu’aujourd’hui, il est aussi important de mettre en avant ses compétences humaines, autrement dit ses « soft skills », que de faire prévaloir ses compétences techniques, à l’exception des fonctions plus spécifiques. Les recruteurs ont une attention toute particulière sur la manière dont le candidat va correspondre aux valeurs de l’entreprises, à sa fonction, ainsi qu’à ses collègues et à son environnement de travail. Cette réflexion globale est importante car elle permet d’identifier ce qui vous différencie des autres candidats ».

L’étape suivante consiste à donner une direction à sa carrière en s’interrogeant sur ses perspectives d’avenir. « Il faut vous demander quels sont les secteurs que vous affectionnez, quelles sont les fonctions que vous souhaiteriez occuper, mais aussi les missions que vous voudriez réaliser ou encore ce que vous recherchez dans votre emploi », développe Adèle Demeire. Vient alors le moment de définir le délai à respecter avant de réaliser chaque étape, dans le but d’atteindre son objectif final sur le long terme. « Ce délai doit absolument être fixé de manière réaliste ! », insiste la Senior Consultant, « Une fois le plan de carrière clairement défini, il faut enfin évaluer sa propre progression en faisant le point à certaines étapes clés ».

Ne pas s’éparpiller

Mais à l’heure où il se fait de plus en plus rare de rencontrer une personne qui exerce la même profession tout au long de sa vie, cela a-t-il encore du sens d’établir un plan de carrière ? Absolument, selon Adèle Demeire : « Faire un plan de carrière ne veut pas dire travailler pour la même société toute sa vie. Cela signifie plutôt qu’on effectue des choix qui ont du sens au sujet du métier que l’on veut exercer. Mais on peut très bien changer d’avis en cours de route, en développant notamment de nouveaux intérêts. Un plan de carrière ne doit pas être figé : il vous aide simplement à garder un cap et à ne pas vous éparpiller ».

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’activité d’imagerie médicale a chuté de 55%.

    Le covid fera bien plus de victimes qu’on ne le pense

  2. Pour la mode et la déco, ce mois de fêtes représente 20% des ventes de l’année. Pour le jouet, cela grimpe à 30%, indique l’UCM qui vient de sonder ses membres. © Photo News

    Déconfinement: vers la réouverture des magasins dès la semaine prochaine

  3. Annelies Verlinden (CD&V), ministre de l’Intérieur. © Olivier Matthys.

    Coronavirus: crispations francophones en temps de pandémie

La chronique
  • Coronavirus – «La vie en pause, saison 2, jour 22»: les doigts

    Hier, il s’est passé un truc incroyable.

    Incroyable au moins comme… comme… hum oui bon. Pas comme Chloé Caulier, 24 ans, qui a décroché lundi la médaille d’argent de l’épreuve de bloc aux championnats d’Europe d’escalade.

    C’est hyper chaud, le bloc. Il faut enchaîner 4 à 6 courts passages d’escalade, à vue, sans corde, ni mousquetons, ni baudrier, rien, juste les mains. Avec entre 4 et 8 prises de main par bloc et en 4 à 6 minutes chacun. C’est pas haut donc quand on chute, on s’y remet.

    Voilà donc pas incroyable comme ça mais plutôt comme toutes ces petites choses idiotes qui nous arrivent depuis huit mois et qui nous étonnent encore.

    Hier, vers 8 heures du matin, la température tentait vainement d’atteindre les 6 degrés. On voyait qu’elle essayait, qu’elle y croyait, avec le soleil là-haut, tout pâlichon, qui criait faiblement : « Vas-y, mais vas-y ! » Mais non.

    ...

    Lire la suite

  • Par Frédéric Larsimont

    Maradona, l’homme qui a tué le joueur tout en faisant sa légende

    Dernière et ultime provoc en référence à l’un des gestes marquant de sa carrière lors du Mondial 86 face à l’Angleterre, Diego Maradona a rendu hier après-midi son dernier souffle pour le remettre entre les mains de Dieu. Du moins l’espèrent ceux qui le pleurent et prient aujourd’hui pour le salut d’une âme damnée doublée d’un génie du foot. El Pibe de Oro, le gamin qui s’est extrait des quartiers pauvres de Bueno Aires pour devenir une icône du sport mondial, s’en est allé au terme d’une vie qu’il a brûlée par tous les bouts possibles et...

    Lire la suite