Accueil Belgique Politique

L’Office des déchets, c’était le flou artistique sans aucun contrôle

Le parlement wallon a tenu une séance marathon pour procéder à l’audition de fonctionnaires qui peuvent éclairer la fraude conçue par René Tonneaux. Où il apparaît que les contrôles étaient trop peu sévères.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

Entamées à 9 h 30 mardi, les auditions du parlement wallon relatives à la fraude à l’Office des déchets et ce qu’elle révèle de l’état de l’administration régionale se sont prolongées tard dans la nuit. Elles ont permis d’affiner le scénario des jours de février qui ont vu René Tonneaux avouer les détournements. Elles ont à nouveau mis en lumière les incroyables errements qui ont permis au fraudeur d’agir en toute impunité durant dix ans. A la marge, elles ont aussi montré que la politique wallonne en matière des déchets est portée par des vents contraires qui compliquent la vie des entreprises.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Politique

Nucléaire: la Vivaldi se réaligne sur les négociations avec Engie

Après le tumulte autour d’une possible majorité alternative visant à relancer toutes les centrales en Belgique, les partenaires Vivaldi – à commencer par le MR – se reconcentrent, au moins provisoirement, sur les négociations avec Engie pour le maintien de deux réacteurs : « L’objectif est de conclure avant le 31 décembre. »

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs