Accueil Monde

Pressions: sanctions et prix du pétrole

Même si elle semble s’être stabilisée depuis début 2015, l’économie russe continue de souffrir des sanctions internationales et de la chute du prix du pétrole

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

L’annonce du retrait surprise des troupes russes de Syrie a notamment été largement expliquée par la situation de l’économie russe. Standard & Poor’s évalue ainsi que le Produit intérieur brut (PIB) de la Russie s’est contracté de 3,7 % l’année dernière et que la récession se prolongera en 2016 sous l’effet de la chute du pétrole et des sanctions internationales.

Financièrement, le coût des attaques en Syrie apparaît toutefois réduit, le Moscow Times évoquant l’automne dernier une dépense de 4 millions de dollars par jour à comparer à des dépenses militaires de 40 milliards l’année dernière. Le déficit public est même ressorti inférieur aux prévisions à 2,6 % du PIB en 2015, dans la moyenne de l’Union européenne (2,5 %).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs