Selon une étude, les anticorps liés au coronavirus disparaissent après deux à trois mois

Selon une étude, les anticorps liés au coronavirus disparaissent après deux à trois mois

Les personnes infectées par le nouveau coronavirus n'ont des anticorps dans le sang que pendant une courte période. Plusieurs études chinoises montrent que les anticorps du COVID-19 ne sont détectables que pendant deux à trois mois dans le sang des personnes infectées. Pour d'autres virus similaires, comme le SRAS ou le MERS, les anticorps restent visibles pendant un an au maximum. Ce que cela signifie pour l'immunité à la COVID-19 n'est pas clair.

Une étude chinoise portant sur 1.500 patients de Wuhan atteints de COVID-19 montre que 10 % d'entre eux n'avaient plus d'anticorps dans le sang après quelques semaines seulement. Pour 74 % d'entre eux, les anticorps avaient disparu deux à trois mois après l'infection. Les anticorps ont rapidement disparu, en particulier chez les personnes qui ont été testées positives pour le coronavirus mais qui ne présentaient aucun symptôme.

Une autre étude, dont les résultats ont été publiés dans la revue "Nature Medicine", compare le sang de 37 patients infectés présentant peu de symptômes avec celui d'un groupe similaire qui avait été gravement malade. Il s'agit de patients de la région de Wanzhou en Chine. Dans le premier groupe, 40 % n'avaient pas d'anticorps détectables quelques mois après l'infection, contre 13 % pour les personnes gravement malades.

Les scientifiques veulent maintenant savoir dans quelle mesure cela a un effet sur l'immunité contre le nouveau coronavirus. Les résultats sont également importants pour la mise au point d'un vaccin.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous