Des étudiants de la Haute Ecole Francisco Ferrer dénoncent leurs conditions d’examens

Capture d’écran Google Maps
Capture d’écran Google Maps

Des étudiants de la filière économique inscrits auprès de la Haute Ecole Francisco Ferrer se rassembleront dimanche à 13h00 devant leur établissement, dans le centre de Bruxelles. Ils dénoncent « les conditions dans lesquelles se sont déroulés leurs examens » ainsi que « le comportement autoritaire des enseignants et de la direction ».

Les étudiants affirment que pour plusieurs examens, les modalités ont été communiquées trop tard ou modifiées quelques jours avant. La durée de deux épreuves aurait également été réduite la veille de leur déroulement.

L’enseignement à distance s’est par ailleurs mal déroulé, selon les protestataires. « Plusieurs profs n’ont pas donné cours ou ont mis en ligne des grosses quantités de matière beaucoup trop tard pour pouvoir bien se préparer. Certains ont été et sont restés injoignables, mais ont persisté à mettre en place des examens impossibles à réussir. »

Les étudiants dénoncent également des problèmes techniques lors des épreuves et un calendrier intenable. Ils soulignent que le taux d’échecs a atteint, en conséquence de ces éléments, jusqu’à 89 %. Enfin, l’accès à leurs copies aurait été reporté voire annulé dans certains cas.

Les plaignants en appellent à la ministre de l’Enseignement supérieur, Valérie Glatigny, et réclament notamment que la note administrative (10/20) soit imposée pour tous les étudiants en échec.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous