Accueil Société

Débat entre politique et magistrat: «La justice vit une révolution culturelle, elle perd son humanité»

La justice court-elle à sa perte ? Les nouvelles réformes dans les tuyaux poursuivraient une logique « managériale ». La députée Özlem Özen (PS), spécialiste de la justice, en débat avec le président de la Cour de cassation, Jean de Codt. Entretien colère.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 8 min

Il s’en défend, Koen Geens : la dernière proposition de loi « pot-pourri » pour réformer la justice, introduite récemment à la Chambre par des députés CD&V, ne viendrait pas de lui, le ministre. Elle porte pourtant sa marque. Mais voici que les magistrats grimpent sur les barricades, à l’instar du Conseil consultatif de la magistrature (Le Soir du 16/06). Le fond des réformes proposées comme la forme (en urgence au Parlement, fissa devant le Conseil d’Etat) crispe les acteurs de la justice. Le Parti socialiste, à travers l’une de ses députées expertes « justice », Özlem Özen, fait le même constat. Rendez-vous est pris dans un salon de la Chambre des représentants avec un calibre de la magistrature, Jean de Codt.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

11 Commentaires

  • Posté par Lambert Denise, mardi 23 juin 2020, 19:53

    Ouais....je sais que c'est un peu hors sujet mais la justice c'est une organisation (complètement ?) fermée. Si l'on doit comparer au secteur médical dans ce dernier il y a un réel effort de vulgarisation. Les avocats, juristes et tutti quanti c'est une caste qui se considère supérieure. Il ne faut surtout pas que le (bas) peuple puisse comprendre les textes que pourtant nous ne sommes pas censés ignorer. AUCUN effort ne voit le jour. Quel dommage ! C'est même une honte. Abandonnez vos costumes d'époque, votre vocabulaire inutilement complexe s'il vous plaît

  • Posté par Monsieur Alain, mardi 23 juin 2020, 17:32

    Un entretien entre trois convaincu.e.s de la même chose, ça ne s'appelle pas un débat ! Le magistrat, la parlementaire, le journaliste tous ensembles pour un même plaidoyer.

  • Posté par Theys Jos, mardi 23 juin 2020, 15:14

    Monsieur de Codt a bien mérité sa pension. Il veut une justice come on l'a exercée depuis plus de 150 ans. Il critique ouvertement le pouvoir législatif qui enfin fait un effort gigantesque pour s'adapter au 21 ième siècle et lui, il revendique le droit de ne pas être connecté. Qu'il aille se reposer pour laisser se pénétrer des idées.

  • Posté par jourdain Claude, mardi 23 juin 2020, 12:38

    La Justice perd en humanité ??? Elle "gagne" pourtant en laxisme et c'est un euphémisme. Les communautés qui vilipendent la Police sont bien plus discrètes quant aux décisions de la Justice. Bizarre.

  • Posté par Wolf Charles, mardi 23 juin 2020, 12:29

    Les dossiers du juge d’instruction sont « bétonnés » ??? NON ils sont souvent bâclés... à charge et non à décharge.. on va au plus facile et au moins cher... au moindre effort. c’est un fine au justiciable à prouver qu’il est innocent et non au MP à prouver la culpabilité. Un comble ! Et le juge du fond marche dedans à fond. Franchement l’interview du magistrat ici est inquiétant. Ce déni de la vérité est consternant.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs